Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Loyautés de Delphine De Vigan

Delphine De Vigan
  No et Moi
  Les heures souterraines
  Rien ne s’oppose à la nuit
  Les Jolis Garçons
  D'après une histoire vraie
  Les Loyautés

Delphine de Vigan est une romancière française née en 1966.

Les Loyautés - Delphine De Vigan

Ivresse et autres bizarreries
Note :

   En deux mots:
   Hélène est enseignante. Elle va va remarquer que Théo, l’un de ses élèves de 5e, ne va pas bien et va tenter de l’aider. Ce dernier entraîne son camarade Mathis sur un terrain dangereux alors que leurs parents respectifs démissionnent. Qui aura le dernier mot?
   
   Au-delà de l’enfance maltraitée, le nouveau roman de Delphine de Vigan explore un mal du siècle, la difficulté de plus en plus grande de communiquer, de dire les choses.
   
   Alors que l’adaptation cinématographique par Roman Polanski de "D’après une histoire vraie " est sur les écrans, Delphine de Vigan nous offre un nouveau roman percutant qui explore "les lois de l’enfance qui sommeillent à l’intérieur de nos corps, les valeurs au nom desquelles nous nous tenons droits, les fondements qui nous permettent de résister, les principes illisibles qui nous rongent et nous enferment. Nos ailes et nos carcans."
   
   Donnant, chapitre après chapitre, la parole aux protagonistes, la romancière construit un récit qu’il est difficile de lâcher tant la tension croît au fil du récit. Hélène ouvre le livre. Prof de SVT au collège, elle a l’intuition que Théo, son élève de 5e, cache un secret. Même si aucune trace de coups n’est visible, elle sait par expérience que tous les coups ne laissent pas forcément de marques, du moins physiques. Car Hélène a enduré les jeux pervers de son père, inventeur d’un principe d’éducation particulier, sorte "roue de la fortune": à chaque mauvaise réponse aux questions diverses et variées qu’il posait, une gifle.
   
   On serait tenté d’écrire que fort heureusement pour elle, un cancer va emporter son bourreau. Elle a alors 17 ans et se promet de devenir enseignante et de venir au secours des enfants maltraités.
   On suit alors le parcours de Théo qui navigue entre sa mère et son père. Des parents qui préfèrent ne pas voir le malaise de leur fils pour se concentrer sur leurs propres déboires engendrés par la faillite du couple et se satisfont de leur stratégie d’évitement que l’enfant a bien intégrée : "Très vite, Théo a appris à jouer le rôle qu’on attendait de lui. Mots délivrés au compte-gouttes, expression neutre, regard blasé. Ne pas donner prise. Des deux côtés de la frontière, le silence s’est imposé" comme la meilleure posture, la moins périlleuse."
   
   Le goût de la liberté aura pour lui celui de la vodka ou du rhum. Entraînant Mathis, son camarade classe, il va trouver une cachette dans l’établissement scolaire où ils pourront ingurgiter des doses de plus en plus fortes d’alcool.
   
   Cécile, la mère de Mathis, s’alarme à son tour. Mais son fils cache son jeu, balaie ses doutes…
   Comme l’écrit fort justement Bernard Pivot dans le JDD, le roman "est une plongée passionnante dans les relations compliquées d’un inévitable trio: parents, adolescents, enseignants." La démission des uns et la duplicité des autres de même que le pouvoir que peuvent exercer les uns sur les autres font que la peur s’immisce dans les relations et brouille les messages. La déloyauté l’emporte sur la loyauté, même si au bout du compte personne n’est vraiment dupe: "C’est étrange, d’ailleurs, cette sensation d’apaisement lorsqu’enfin émerge ce que l’on refusait de voir mais que l’on savait là, enseveli pas très loin, cette sensation de soulagement quand se confirme le pire."
   
   Comme dans Les heures souterraines les personnes que la vie n’a pas épargnées sont au centre de ce court roman, coupant comme une lame de rasoir et dont je gage que vous serez très impatients de connaître l’issue.
    ↓

critique par Le collectionneur de livres




* * *



Sujet très douloureux
Note :

    Delphine de Vigan avec beaucoup d'habileté et de délicatesse met en scène des personnages cabossés par la vie chacun à sa façon. Elle explore avec minutie la cellule familiale et comment les drames de l'enfance abîment pour toujours. A travers ses héros elle nous met face à nos loyautés intimes.
   
    Deux adultes et deux enfants vont se croiser, s'aider parfois, s'affronter aussi dans un quotidien contemporain où il est question de famille et de divorce, de maltraitance et d'éducation.
    Des sujets lourds auxquels nous a habitués l'auteur.
   
    Théo a douze et ses parents sont divorcés, incapables de communiquer et de faire face à leur rôle de parents. L'enfant vit entre deux mondes, prends en charge ses parents à sa façon et sa vie devient glauque.
    Hélène, son institutrice, remarque des changements dans le comportement de l'enfant. Elle-même, traumatisée par son enfance, reste sensible et fragile.
    Mathis, le meilleur copain de Théo, partage avec lui ses excès. Lui-même connaît des difficultés avec sa mère, Cécile, qui ne souhaite pas les voir se fréquenter.
   
   Quatre personnages, quatre voix différentes nous plongent dans la détresse et le désespoir intime.
   Dans ce roman, les parents traversent un quotidien difficile et n’arrivent pas à préserver les enfants les contraignant à devenir trop vite adultes.
   
   Adultes et enfants, désemparés et touchants, se retrouvent dans des situations tragiques et que reste-t-il de nos loyautés intimes, quand autour de nous le monde manque d'humanité.
   
   Un livre difficile et poignant.
   
   Delphine de Vigan aborde des sujets très douloureux, elle le fait ici avec une grande sincérité.

critique par Marie de La page déchirée




* * *