Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Traité du zen et de l’art de la pêche à la mouche de John Gierach

John Gierach
  Là-bas, les truites
  Traité du zen et de l’art de la pêche à la mouche

Traité du zen et de l’art de la pêche à la mouche - John Gierach

La pêche comme mode de vie
Note :

   Les éditions Gallmeister nous ont encore déniché un chouette écrivain américain, John Gierach est un "écrivain-pêcheur" installé dans le Colorado auteur d’une vingtaine d’ouvrages. Ce "Traité du zen et de l’art de la pêche à la mouche" écrit en 1986 est son premier livre traduit en français. Une fois de plus je constate qu’il y a deux sortes de littérature qui m’intéressent réellement, les auteurs (souvent) américains racontant leurs vies ou aventures dans les grands espaces et la littérature dite classique, des écrivains des siècles passés, surtout la charnière XIX et XX siècle. Le reste (en gros) n’est souvent que roupie de sansonnet. J’exagère un peu bien sûr, mais je ne suis pas tellement loin de la vérité.
   
   Ce long préambule pour dire que je me suis encore une fois régalé à la lecture de ce bouquin. Pourtant ce n’était pas si évident car je ne suis pas pêcheur – hélas mon dieu – me risqué-je à écrire car après la lecture de cet édifiant ouvrage, un monde nouveau m’est révélé. Une vingtaine de textes nous immergent dans le monde secret des pêcheurs à la mouche, us et coutumes sont dévoilés, et un incroyable vocabulaire d’accessoires vous apprend une langue nouvelle. Savez-vous ce que sont les Middler Minnow, Eagle Claw, Garrison, ce sont entre des dizaines d’autres des cannes à pêche et si j’évoque les Wooly Buggers, Zonkers, Oreille-de-lièvre, ce sont entre mille cette fois, des mouches. Ça semble rébarbatif dit ainsi, mais c’est là tout le talent de John Gierach, son écriture fluide et simple dégage un extraordinaire pouvoir évocateur, au fil des pages nous sommes à ses côtés dans une cabane au fond des bois, nous marchons le long d’un torrent à truites, nous fabriquons nos propres mouches avec des poils d’écureuil ou des plumes d’oiseaux, sans oublier de boire une bière ou deux.
   
   Car la pêche dont on parle ici, ce n’est pas celle du gars qui somnole au bord de la Seine, le cul sur un pliant. Ici, il s’agit d’un mode de vie, d’efforts physiques au cœur de la nature qu’on aime, respecte et connaît. Les bons lieux de pêche se méritent "même dans les zones très courues, il existe des lacs et des sections de rivières aux berges rarement foulées par le pied de l’homme" bref des coins où la main de l’homme n’a jamais mis le pied.
   
   Le titre de l’ouvrage est en deux parties, pour la seconde vous avez compris, mais le zen où est-il demanderez-vous, curieux comme vous êtes. Il découle de cet art de la pêche, ou inversement, allez savoir. Il est dans le goût du café fait dans une cafetière sur un feu de bois au bord d’un ruisseau, il est dans ces longues heures d’attente seul au milieu de la rivière à lancer votre fil dans l’attente qu’une faro veuille bien mordre, il est aussi dans les quelques mots échangés avec l’ami pêcheur avec lequel on part deux ou trois jours en montagne à la recherche d’un plan d’eau inconnu mais qu’on devine riche en poissons.
   
   Finalement je ne ferai qu’une seule critique à ce livre, c’est qu’il se lit trop vite, encore est-elle mineure puisqu’on peut le reprendre encore et encore.
   
   "Lorsque vous roulez dans la campagne, ce qui est encore le plus souvent le cas ici, dans l’Ouest, vous pouvez vous arrêter de temps en temps dans ces merveilleux bouis-bouis, cafés, tavernes, stations service et toutes combinaisons possibles de ces différentes raisons sociales. Ces lieux n’ont généralement rien de remarquable de l’extérieur, si ce n’est qu’ils semblent habités, avec leurs collections de caravanes, de poulaillers à l’abandon, de fumoirs, de pick-up à la retraite et de constructions à l’usage indéterminé. Côté route, l’enseigne peut indiquer à peu prêt tout et n’importe quoi, mais l’appellation classique dit : ESSENCE ASTICOTS BIERE FRAICHE."

critique par Le Bouquineur




* * *