Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Hameau de William Faulkner

William Faulkner
  Pylône
  Absalon, Absalon!
  Si je t'oublie, Jérusalem
  Le gambit du cavalier
  Le Bruit et la Fureur
  Sanctuaire
  L'intrus
  The Bear
  Une rose pour Emily
  Sartoris
  Lumière d’Août
  Les Snopes : Le hameau, La ville, Le domaine
  Appendice Compson : 1699-1945
  Tandis que j’agonise
  Monnaie de singe
  Moustiques
  Le Hameau
  Treize nouvelles

William Faulkner est un écrivain américain né en 1897 et mort en 1962 dans le Mississippi.
Il a été scénariste. Il a écrit des poèmes, des nouvelles et des romans, le plus souvent situés dans le Mississippi. Il est un des grands écrivains "du sud"
Il a reçu le Prix Nobel de littérature en 1949.

Le Hameau - William Faulkner

Introduction à l’œuvre de Faulkner
Note :

   Premier volume d’une trilogie, "Le Hameau" amène le lecteur dans le sud profond des Etats-Unis, au sein d’une région où se situe le plus ou moins mythique "domaine du vieux Français".
   
   Flem Snopes est un ambitieux. Il n’est pas riche, mais cela ne l’empêche pas de faire valoir les quelques atouts qu’il possède. Ainsi, il réussit à épouser la fille de la famille Warner, qui était déjà convoitée par un voisin.
   
   A la recherche d’un mystérieux trésor enfoui, il passe ses nuits, comme ses voisins, à en rechercher la trace. Le lecteur sent dans cette quête un goût de domination, au sein d’une population qui semble pourtant être plus proche de la nécessité que de l’opulence, ce que révèle la tension entre les différents habitants pour s’efforcer de supplanter ses voisins.
   
   Au début du roman, la ruée des habitants pour tenter d’acheter des chevaux, dans une grande confusion, fournit une image vivante de la tension qui existe au sein de cette population au niveau de vie précaire.
   
   Ce roman peut être lu comme une bonne introduction à l’œuvre de Faulkner.
   
   
   La trilogie des Snopes :
   Le Hameau

   La Ville
   Le Domaine

critique par Jean Prévost




* * *