Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le galop du vent sous le ciel infini de David Lefèvre

David Lefèvre
  Aux quatre vents de la Patagonie
  Solitudes australes
  Le galop du vent sous le ciel infini

David Lefèvre est un écrivain-voyageur français né en 1973.

Le galop du vent sous le ciel infini - David Lefèvre

Chroniques des terres australes
Note :

    Après "Aux quatre vents de la Patagonie" et "Solitudes australes" on peut s'interroger : encore un livre de David Lefevre? Cet observateur patient, ce voyageur passionné avait bien sûr encore à dire sur la Patagonie (où je pense qu'il vit encore?).
   
    La Patagonie, offerte au ciel , pluie et vent, comme dans le chapitre inaugural, histoire de bien marquer le terrain. Puis, fasciné par la Patagonie (il n'est pas le seul) il relate son expérience et celle de nombreux marins ou écrivains. Quelques rencontres et visites (j'adore les *tondeurs de moutons!) et voilà qu'il mène l'enquête sur "En Patagonie" de Bruce Chatwin (un incontournable), son oncle Milward, et finalement l'épopée du Dresden.
   
   Les lecteurs aimant les beaux récits trouveront de quoi se régaler. Et, ce qui ne gâte rien, David Lefevre écrit toujours aussi bellement.
   
    Je choisis un passage dans le chapitre "De l'inconvénient d'écrire ses voyages" où, en pleine réflexion sur sa vision de "En Patagonie" de Chatwin, il s'interroge lui-même.
    "Quelle est la place du récit de voyage dans le grand tout de la littérature? Et quel nom lui attribuer? La relation de l'ailleurs, l'aventure du vécu, le récit du monde...? Comment le sauver d'une tyrannie des hiérarchies et des nomenclatures qui ne jure si souvent que par le sacro-saint roman et qui peine à croire que le récit d'un voyage puisse dire beaucoup plus que le seul voyage pour s'élever à la dimension d'une œuvre littéraire à part entière? Pour nous autres qui passons et décidons d'écrire ce que nous avons vu, l’écrivain se double d'un témoin. "

critique par Keisha




* * *