Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une sorte d'ange de Laurence Demonio

Laurence Demonio
  Une sorte d'ange

Une sorte d'ange - Laurence Demonio

Trinité de la Rédemption
Note :

   Maria Concepción n'est pas sortie de chez elle depuis des lustres. Depuis qu'elle a perdu son mari en Argentine suite à un accident de cheval et qu'elle est arrivée à Paris pour oublier, ou pour mieux alimenter ses souvenirs.
   
   Depuis vingt ans elle vit cloîtrée. Pourtant ce soir, son regard attiré par une forme blanche dans un terrain vague en face de chez elle, l'incite à aller voir de plus près. Elle découvre un corps inanimé, celui d'un adolescent de seize ans qu'elle va soigner, retaper. Ange, c'est son nom, vient de vivre une aventure qui l'a marqué dans sa chair, dans son esprit. Jusqu'au jour où Ange s'en va lui laissant un petit mot. Il est reparti chez lui, rechercher Dara-Soledad, sa compagne de jeux, sa compagne de misère. Entre Maria Concepción et Dara-Soledad, va s'interposer Béatrice. Une jeune fille banale, mais qu'il saura aimer, à sa manière, comme il appris, un métier qu'il professe depuis des années sous la houlette de Weiss, le proxénète. Béatrice sera son alliée dans cette recherche d'amour, d'identité, de liberté, de revanche.
   
   Ce sujet aurait pu être scabreux, placé sous les feux de l'actualité depuis quelques mois, la pédophilie. Laurence Démonio - c'est son vrai nom, ça ne s'invente pas - Laurence Démonio écrit une histoire qui prend sa force dans la suggestion. Pas besoin de s'étendre avec complaisance, quelques mots suffisent pour que le lecteur entre dans la vie de ce gamin et souffre avec lui d'une enfance qu'il n'aura pas connue, plus vieux que son âge.
   
   Les trois femmes qu'il va côtoyer, aimer avec le cœur, ces trois femmes vont former la Trinité de la Rédemption. Même si cette rédemption doit passer par le meurtre.
   
   Laurence Démonio nous livre un roman fort, comme Ange qui s'est forgé une volonté d'acier parmi les vicissitudes qui l'ont suivi depuis sa petite enfance. Il n'est qu'à lire les premières pages dans lesquelles un rat tient la vedette pour se rendre compte que Laurence Démonio joue avec une force impressionnante la palette de la subtilité de la noirceur.

critique par Oncle Paul




* * *