Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Brillante de Stéphanie Dupays

Stéphanie Dupays
  Brillante

Brillante - Stéphanie Dupays

Le placard
Note :

   Rien qu'à voir les chaussures sur la couverture, je savais que le monde de ce roman n'était pas le mien! ("La bride lui cisaille les chevilles, la cambrure distend à l'excès le cou-de-pied, une crampe au mollet lui coupe la respiration.") Seulement, quand on travaille chez Nutribel, tout compte!!! Après de belles études, classes préparatoires, puis La bonne grande Ecole, Claire a décroché le job qu'elle voulait, qu'elle méritait; elle aime se rendre au bureau, elle aime l'ambiance, elle se donne à fond. Avec Valentin, son compagnon, ils forment un beau couple, tout roule, tout baigne.
   
   Son milieu parental est provincial et simple, sa sœur, plus artiste, la moque gentiment de ses tics de langage marqués par le monde de l'entreprise. Mais Claire est heureuse de sa belle vie brillante de jeune femme brillante.
   Pourtant insidieusement, au bureau, tout change pour elle, les dos se tournent, elle est placardisée.
   
   Coup de chapeau à Stéphanie Dupays pour ce court roman sur un monde qu'elle doit bien connaître pour en décrire la violence sous-jacente. Sa langue est précise, incisive, elle décortique et ausculte. On en sort estomaqué et un poil effrayé. Glaçant.
   
   "Le DRH lui demande pourquoi elle a inscrit 'Littérature' dans la case Loisir de son CV. Claire désamorce immédiatement la présomption d'intellectualisme car dans l’entreprise s'adonner à une activité aussi inutile que la lecture vous classe dans la catégorie des intellectuels non assimilables à la chaîne de production : 'La narration est au cœur du marketing. Les consommateurs n'achètent pas du soda, de la lessive, ils achètent une belle histoire.' Claire a visé juste. Elle sourit, tentant de reproduire la décontraction des gens qui n'ont rien à cacher."

   ↓

critique par Keisha




* * *



Hors du travail, pas de salut?
Note :

    "Tu es sûre que ça va ? - Pas super. Je crois que je suis placardisée."
   

   Claire et Antonin forment un couple moderne. Trentenaires performants, ambitieux et rationnels, ils mènent une vie parisienne à leurs yeux parfaite, la même que leur cercle d'amis. Claire aime travailler pour Nutribel, qui le lui rend bien. Sa supérieure, Corinne, vient d'ailleurs de la féliciter de l'avoir si brillamment remplacée au pied levé alors qu'elle était coincée avec ses jumeaux. Cependant, peu à peu, le vent semble tourner pour la jeune femme, qui se voit confier un projet par avance voué à l'échec. La placardisation se fait jour petit à petit, et le burn out n'est pas loin. Pourtant, Claire ne pensait pas se retrouver un jour dans cette situation, elle se retrouve désarmée, ment à tout le monde, en premier lieu à Antonin qui ne comprendrait certainement pas sa déchéance, et comble le vide avec un goût pour la lecture retrouvé.
   
   J'avais, sur le même thème, déjà beaucoup aimé "Les heures souterraines" de Delphine de Vigan. "Brillante" sait surprendre par son ton léger, et sa couverture déroutante, faussement glamour. Car le contenu est bien différent du contenant. Il est intéressant dans ce roman de voir lentement le processus se former, de reconnaître des biais déjà rencontrés, de voir l'exploitation de l'humain, l'adhésion au groupe, montré comme une nécessité, le formalisme porté aux nues, et de constater encore une fois que le travail peut être la source d'une grande souffrance. On s'attache au personnage de Claire, on voudrait qu'elle s'éveille, et on porte avec une précaution de lecteur attentif et bienveillant ses premiers pas vers une certaine liberté.
   
    Un excellent premier roman, que j'ai lu d'une traite, réellement en apnée, et qui donne envie par contraste de pousser les portes des possibles

critique par Antigone




* * *