Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le chant du coyote de Colum McCann

Colum McCann
  Danseur
  Zoli
  Les saisons de la nuit
  Ailleurs, en ce pays
  La rivière de l’exil
  Et que le vaste monde poursuive sa course folle
  Transatlantic
  Treize façons de voir
  Le chant du coyote

Colum McCann est un écrivain Irlandais né en 1965 à Dublin.

Le chant du coyote - Colum McCann

... le silence des poissons
Note :

   Sans attendre, Colum McCann happe son lecteur par la force de son style, la beauté de ses phrases souvent longues et serties de multiples détails. La musique des mots, savamment dosée, joue une importance primordiale chez cet auteur irlandais majeur pour nous entrainer dans son univers si particulier, souvent d’une extrême sobriété, et dans lequel les relations humaines tiennent une place essentielle.
   
   Dans "Le chant du coyote", c’est d’une impossible relation père-fils, autour d’une mère absente, disparue à jamais sans laisser le moindre trace, dont il est question. La séquence initiale est, en soi, d’une beauté bouleversante et dit déjà l’essentiel de cette relation distante et prudente entre Conor, un jeune homme d’une vingtaine d’années revenu pour quelques jours en Irlande pour une question de visa, et son père.
   
   Conor observe à distance, avec un mélange de respect et d’incompréhension, ce père âgé et solitaire, négligé et d’une maigreur spectrale, assis au bord de la rivière de ce comté de Mayo, perdu au milieu de la lande irlandaise, absorbé dans une partie de pêche. Rien ne se passera avant de longues heures, rien d’autre que cette observation unilatérale, fondamentale pour laisser remonter des bribes de souvenirs et donner ainsi à comprendre au lecteur, peu à peu, comment et pourquoi ce père et ce fils en sont venus à s’ignorer.
   
   Puis, lorsque Conor finira par signaler sa présence et proposera à son père de passer quelques jours avec lui dans sa masure crasseuse, le temps de renouveler son visa de travail pour les Etats-Unis où il séjourne désormais, commencera alors le long et hasardeux processus permettant à ces deux hommes solitaires et marginaux de réapprendre à se connaître. Au bout, peut-être l’un et l’autre parviendront-ils à se pardonner. McCann ne nous donnera pas véritablement la réponse, mais, au moins, le souci de l’un de l’autre aura repris son cours douloureusement interrompu.
   
   L’auteur use du classique procédé de constants flash-backs pour illustrer les pensées qui remontent et les rares dialogues qui, presque toujours, se finissent par la fuite de ce père qui a fini par noyer sa souffrance dans l’extrême solitude et le seul intérêt pour une pêche à la mouche hasardeuse qui occupe ses journées.
   
   On suivra alors le parcours de cet homme qui fut un photographe des pauvres et des délaissés, engagé très tôt à suivre la guerre d’Espagne avant que d’émigrer aux Etats-Unis puis au Mexique où il fit la rencontre de celle qui devint son épouse. Malgré leurs dix ans de différence d’âge, c’est un amour total de l’un pour l’autre qui sut éclore et se développer, en dépit de la pauvreté constante, de la difficulté à vivre, de la précarité constante et surtout, de cette instabilité profonde de cet homme qui, toujours, le poussa plus loin sur les routes à chercher la reconnaissance qu’il n’obtint jamais.
   
   En nous laissant voir, au fil des pages, certains des bouleversants clichés pris par ce père et observés par un fils encore trop jeune lorsqu’il les découvrit, en y apportant un soin descriptif extraordinaire, en faisant courir l’imagination pour réinventer le contexte de la prise, Colum réussit un tour de force littéraire qui ancre encore plus son récit dans une forme de nostalgie et de regrets d’une vie qui finit par être gâchée.
   
   Ce furent l’alcool, la pauvreté et l’impossible reconnaissance d’un travail d’artiste à fleur de peau, magicien de la lumière, qui finirent par provoquer l’irréparable qui conduisit cette épouse et mère d’une extraordinaire beauté à partir sans laisser de traces, aussitôt suivie par un fils qui ne le pardonna jamais à ce père devenu imprévisible.
   
   La séquence finale est un écho à celle initiale. Conor observe son père lancer avec un regain de goût à la vie sa ligne à la recherche d’un poisson fantasmagorique avant que de reprendre son sac et sa propre route.
   
   Un livre d’une rare densité indispensable à tout amoureux de la belle littérature.

critique par Cetalir




* * *