Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La dégustation de Yann Queffélec

Yann Queffélec
  Les noces barbares
  Happy birthday Sara
  Les sables du Jubaland
  La dégustation

Yann Queffelec est le nom de plume de Jean-Marie Queffélec, écrivain français né en 1949.

La dégustation - Yann Queffélec

In vino veritas
Note :

   Peut-on assumer son passé obscur et malpropre quand on épouse la fille d’une de ses victimes et de plus de trente ans sa cadette ? Tel est le thème de ce roman sulfureux de Queffélec. L’auteur a fait des histoires d’amour impossibles voire inconcevables une de ses spécialités et nous sommes servis, si je puis dire, avec "La Dégustation" !
   
   Ce roman est d’ailleurs complété d’un sous-titre en forme de dates : 1973-1974 soit près de trente ans après la fin de la deuxième guerre mondiale. Il s’ouvre sur la scène de la réception qui couronne le mariage de Michel Duval, la cinquantaine, propriétaire d’une superbe villa sur les hauteurs de Nice, d’un vignoble à la renommée mondiale, d’œuvres d’art et d’une maison d’édition spécialisée sur les deux guerres mondiales. Duval vient d’épouser Ioura, tout juste majeure, fêtant le jour de ses noces sa majorité de vingt-et-un ans encore à l’époque.
   
   Pourquoi la mère de Ioura refuse-t-elle absolument de se produire ? Pourquoi n’a-t-elle cessé de mettre en garde sa fille contre cet homme devenu riche soudainement ? Pourquoi la présence de trois vieillards inquiétants dont ce Zoff implicitement menaçant et qui va laisser traîner des pièces de la Reich Bundesbank au fond de la piscine de la propriété ?
   
   Queffélec va nous mener aux réponses en prenant un chemin de détour. Flash-back sur cette rencontre entre le notable Duval et la belle et fraîche Ioura. Histoire d’une séduction autour des vins et des champagnes, Ioura se destinant à devenir œnologue, Duval étant lui-même un nez capable de reconnaître, sans le déguster, les cépages, châteaux et millésimes du monde entier. Flash-back entrecoupé de courts moments où le passé trouble de Duval remonte à la surface, une situation plaisante en rappelant une autre, la plupart du temps douloureuse.
   
   D’indices en délations, Ioura finira par soupçonner que son mari a beaucoup de choses à se faire pardonner jusqu’à l’amener à une auto-confession dévastatrice pour leur couple et leur santé mentale lors d’une dégustation souterraine de grands crûs soustraits aux yeux du monde. Pourquoi cet aveu, qu’avait Michel Duval à y gagner si ce n’est, peut-être, de se libérer d’un passé moche de collaborateur à la solde de la Gestapo ? Qui donc Ioura est-elle vraiment, quel rapport plus ou moins indirect avait-elle avec son mari ? Est-elle le jeu de sa rédemption ou le sujet d’un amour véritable ?
   
   Autant de chemins possibles du subtil labyrinthe que tisse un Queféllec dans ses bons jours.

critique par Cetalir




* * *