Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Roi, Dame, Valet de Vladimir Nabokov

Vladimir Nabokov
  La transparence des choses
  Le don
  La défense Loujine
  La méprise
  Lolita
  Autres rivages
  Pnine
  Feu pâle
  Roi, Dame, Valet
  Ada ou l'ardeur
  Regarde, regarde les arlequins
  Brisure à Senestre
  Littératures - Tome 1
  Littératures - Tome 2
  Partis pris
  L'Enchanteur
  La Vénitienne
  Nouvelles - Edition complète
  Une beauté russe
  Mademoiselle O
  Machenka
  La vraie vie de Sebastian Knight
  Chambre obscure
  Rires dans la nuit
  Le Guetteur
  L'Exploit
  L'original de Laura

AUTEUR DES MOIS D’AVRIL & MAI 2007

Vladimir Nabokov disait avec autant de véracité que de sens de la formule : « Je suis un écrivain américain, né en Russie et formé en Angleterre où j’ai étudié la littérature française avant de passer quinze années en Allemagne. »


Nous avons ainsi un rapide survol des migrations de cet auteur hors pair. Quand vous saurez qu’il est né à Saint Petersbourg le 23 Avril 1899 et qu’il faudrait compléter sa formule par les 18 dernières années de sa vie qu’il passa en Suisse où il mourut le 2 juillet 1977 ce survol sera complété.

Nabokov, qui dans sa jeunesse avait donné des cours d’anglais, de tennis ou de boxe, fit carrière comme professeur aux Etats-Unis ou comme entomologiste (Responsable des collections du Museum of Comparative Zoology de l'Université Harvard.). Car autant que la littérature, les papillons étaient depuis toujours sa passion.

Objet de scandale grâce à Lolita, il fut surtout l’un des écrivains majeurs de 20ème siècle.


On trouvera sur ce site :
* la fiche de l’opuscule de Nina Berberova intitulé "Nabokov et sa Lolita", ainsi que celle de la biographie de Jean Blot.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"


* Témoignage sur ce site dans la rubrique "Ecriture", sous le titre "Le Rubis"

Roi, Dame, Valet - Vladimir Nabokov

Sur les traces de Flaubert
Note :

   Le jeune Franz arrive à Berlin où il compte sur son oncle Dreyer pour lui procurer un emploi. Il devient l'amant de sa tante. Tous deux complotent la mort de Dreyer.
   
   La différence entre Machenka, qui date de 1926, et roi, dame, valet est impressionnante. Alors que son premier roman était fortement marqué par l'autobiographie, Nabokov trouve ici un véritable sujet auquel il imprime une marque très personnelle. Ce sujet n'est pas follement original mais Nabokov donne un dénouement inattendu à cette aventure d'un trio classique mari-femme-amant. Alors que tout est en place pour l'assassinat de Dreyer...
   
   Celle-ci, Martha, s'ennuie auprès de son mari et rêve d'une nouvelle vie avec son jeune amant. On aura reconnu le canevas de Madame Bovary et Nabokov paie son tribut à Flaubert d'une manière évidente. Dans sa description de la bêtise des deux amants, la trivialité de leurs réflexions et de leurs actes, tout ce qui fait que c'est Dreyer, un bon gros bourgeois simple et jouisseur, qui en sort grandi. Dans de plus petits détails aussi comme cette broche en forme d'hirondelle que porte Martha lorsque Franz la voit pour la première fois, qui rappelle l'Hirondelle, la voiture qui relie Yonville à Rouen dans Ma Dame Bovary. Il y en a des dizaines comme ça et on peut s'amuser à faire de "Roi, dame, valet" une lecture flaubertienne. Il y a certainement une autre lecture à faire, shakespearienne celle-là, via Hamlet, mais là je ne suis pas compétent. Pas besoin de saisir toutes ces allusions pour goûter l'humour féroce de Nabokov, un auteur auquel je ne regrette pas de m'être attaqué.

critique par P.Didion




* * *