Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L’hiver du magicien de Jérôme Sorre

Jérôme Sorre
  L’hiver du magicien

L’hiver du magicien - Jérôme Sorre

Fantastique Charles Nodier
Note :

   Le voile est ténu entre le rêve et la réalité
   
   En cette fin d’après midi de l’été de 1790, le jeune Charles Nodier erre dans les rues. Le temps est exécrable et l’agitation de la populace révolutionnaire importune ce gamin dont le père est notable. De plus il vient de subir une déception, et il n’a guère envie de rentrer chez lui.
   
   Tout en ruminant une déconvenue amoureuse, il arrive dans un quartier dans lequel s’élève un édifice religieux. Des femmes chantent la Carmagnole et vendent de la bimbeloterie religieuse qu’elles ont chapardée.
   
   L’intérieur est ravagé et près du chœur il aperçoit trois petites chapelles grillagées. Deux sont vides et ouvertes, la dernière est fermée, et dans le réduit gît ce qu’il suppose être un homme. Apeuré, il s’enfuit et se heurte à un individu qui se tient sur le porche, avec à ses côtés une épée qui manifestement ne lui appartient pas. Le garde lui demandant ce qui lui arrive, Charles l’invite à le suivre dans la chapelle. L’homme ne voit rien, pour cause il n’y a personne. Pourtant Charles discerne ce corps recroquevillé.
   
   Charles rentre enfin chez lui, mais sa nuit est mouvementée. Et le lendemain, il retourne à cette église des Dames du Battant. Mircea, c’est le nom de cet être qui n’est visible que pour lui, lui demande de trouver la clé pour ouvrir ce qui constitue son cachot. Mais quelle clé ? D’après Mircea, qui se prétend magicien, ce n’est pas une clé ordinaire, matérialisée en un métal quelconque, mais à Charles de la découvrir.
   
   Dans ce court roman fantastique, Jérôme Sorre nous entraîne sur les traces du jeune Charles Nodier qui deviendra le précurseur du romantisme, écrivain, romancier, poète et académicien. Il sera également bibliothécaire, notamment à Laybach, ou Laibach, qui deviendra Ljubljana. Mais ce côté fantastique joue sur la sobriété, et est surtout constitué de rêves entremêlés de tristes réalités. La révolution française s’affirme dans les rues, par la destruction des églises, la décapitation des statues, le vol des objets, la dégradation des lieux.
   
   Pourtant un voyage initiatique lui est quasiment offert, un passage obligé afin devenir adulte. Charles Nodier est amoureux des livres et il a soif de culture. Mais il choisit les matières qu’il préfère, délaissant les mathématiques, que lui enseigne sa mère.
   
   Dans un épisode décrit par Jérôme Sorre, et on ne peut mettre en doute cette fausse biographie, une image naît dans l’esprit du lecteur. Une scène que, peut-être, un certain James Matthew Barrie a empruntée pour mettre en scène son personnage de Peter Pan. A moins que ce ne soit le contraire. Mais quel épisode ? Je vous laisse le découvrir…
   
   Ce texte est suivi d’une étude signée Alain Chestier, Rêver la réalité, un texte passionnant qui en révèle un peu plus sur Charles Nodier, un auteur quelque peu délaissé ou oublié de nos jours mais qui influença Victor Hugo, Alfred de Musset ou Sainte-Beuve, excusez du peu.

critique par Oncle Paul




* * *