Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La Daronne de Hannelore Cayre

Hannelore Cayre
  Ground XO
  Commis d'office
  Comme au cinéma - Petite fable judiciaire
  La Daronne

Hannelore Cayre est une romancière, scénariste et réalisatrice française, née le 24 février 1963 à Neuilly-sur-Seine. Elle est également avocate à la cour d'appel de Paris en tant que pénaliste et collabore à la Revue XXI.
(Wikipédia)

La Daronne - Hannelore Cayre

Leçon de morale élastique
Note :

   Prix Le Point du polar européen 2017
   

   Je ne me rappelle plus où j’ai entendu parler de ce roman. Toujours est-il que, sans que je sache pourquoi, il a atterri dans ma boîte. Je pense que certains ont des antennes! Ceci dit, je vais retrouver tout à l’heure, quand je vais chercher des liens, où j’ai pris l’idée. Mais je ne veux pas voir avant pour ne pas m’auto-influencer dans mon billet… bref, j’ai mes routines quand je blogue, depuis le temps! Mais revenons au sujet!
   
   Patience Portefeux est quiquagénaire et elle a dû mal à joindre les deux bouts. Veuve depuis l’âge de 27 ans, elle est mère de deux filles et a vu sa mère, maintenant placée en maison de retraite pour 3000 euros par mois (au frais de sa fille) dilapider l’héritage familial à coup de virées de magasinage dans les Grands Magasins. Elle est traductrice judiciaire arabe-français et, pour l’instant, elle travaille surtout – au noir – pour la police, à traduire des écoutes téléphoniques de dealers parlant arabe. À force, elle a presque l’impression de les connaître. Puis, un jour, quand elle aura l’occasion de traverser la ligne… pourquoi pas!
   
   Au début, j’ai eu du mal. L’univers étant tellement éloigné du mien que je n’accrochais qu’à moitié. Puis, Patience se décide et nous découvrons la fameuse Daronne du titre. Nous glissons alors vers un roman noir et grinçant mais aussi jubilatoire, avec un personnage à la morale élastique et aux idées réjouissantes… dans un roman! C’est qu’elle connaît les rouages du système, la dame! Et le pire dans tout ça, c’est qu’on se surprend à prendre pour elle, limite à l’appuyer!
   
   Vous aurez donc compris que ma lecture a été un peu en dents de scie. Surtout que j’ai beaucoup aimé la fin mais que je l’ai trouvée très rapide… et que j’en aurais aimé un peu plus. L’auteur en profite aussi pour écorcher au passage le système judiciaire et ses aberrations ainsi que l’univers des maisons de retraite, sur la vieillesse. Je suis donc moins enthousiaste que les copines (oui, je viens d’aller lire les billets) mais c’est tout de même un très bon moment de lecture!

critique par Karine




* * *