Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Opération porcelaine de Hugo Buan

Hugo Buan
  Opération porcelaine

Opération porcelaine - Hugo Buan

Workan, son cousin et leurs chinoiseries
Note :

   Irascible, bougon, bourru, sarcastique, ironique, voire même parfois de mauvaise foi, Workan, entre deux démêlés avec sa bientôt ex-épouse, sa kiné et un agent immobilier qui l'a grugé, est obligé de résoudre une affaire de tête sans corps disposée artistiquement sur un plateau.
   
   Cette tête sans corps et son plateau chinois, œuvre d'art remontant à quelques siècles, période Ming, ou Qing, est celle de monsieur Zhou, de son véritable patronyme Zhou Zhou. L'ensemble, esthétique il est vrai, a été retrouvé dans la baraque servant de guichet à un forain, le Speed Rabbit, un des manèges installés devant le musée. Ce brave homme était l'un des membres d'une délégation accompagnant une exposition d'œuvres d'art rarissimes devant être exposées à la Chapelle de l'Oratoire de Nantes.
   
   Cet incident risque d'entacher les relations sino-françaises, et le commissaire nantais préfère appeler la direction de la police judiciaire de Rennes pour mener l'enquête. Workan est tout désigné pour se rendre sur place accompagné de Leila Mahir, son adjointe et maîtresse selon les circonstances. Une enquête qui demande du doigté de la part de Workan plus habitué à mettre les pieds dans le plat que de marcher sur des œufs. Pourtant il lui faudra faire preuve d'une bonne dose de patience et de diplomatie pour résoudre cet imbroglio.
   
   Car Workan est mis en cause dans ce meurtre. Enfin pas lui, mais son petit-cousin Fletcher Nowski, avec qui il partage son nom de famille. Officiellement il se nomme Workanowski, mais afin de les départager et ne pas les confondre, le policier a préféré porter les deux premières syllabes de son patronyme, tandis que son petit-cousin, il y tient au petit, est devenu Nowski. Or Nowski a été filmé, en compagnie de trois gros bras cassés, par des caméras de vidéosurveillance, aux abords du musée.
   
   Fletcher Nowski est bien connu des services de police, non pas à cause ou grâce à ses relations distendues avec Workan, mais parce qu'il est fiché en tant que délinquant notoire. Alors, Nowski tueur de chinois au coupe-coupe ? Ce n'est pas dans ses habitudes. Voleur, oui, assassin, non !
   
   Workan rencontre les autres membres de la délégation chinoise, dont principalement Lian Wu, l'interprète féminine qui semble apeurée. D'autres Chinois, qui ne font pas partie de la délégation, s'invitent dans la danse, et Lian Wu met en cause une organisation secrète, enfin pas si secrète puisqu'elle a un nom, celle du Lotus Blanc. Mais alors que vient faire dans ce mic-mac Nowski et ses trois Pieds-Nickelés ?
   
   On pourrait scinder ce roman en deux parties et un entracte, au cours duquel il ne se passe pas grand chose mais permet une pause respiratoire. La première partie ressemble un peu à une pièce radiophonique tellement ce sont les dialogues savoureux qui importent. La seconde partie est, elle, plus cinématographique, dont ne seraient pas exclus les dialogues mais avec action, réaction, effets spéciaux et coups de théâtre.
   
   Un roman qui progresse peu à peu dans le côté humour décalé, voire déjanté, et on verrait bien à l'affiche des Gueules comme Jean Gabin, Lino Ventura ou Robert Lamoureux, Francis Blanche, Jean Lefèvre, Louis de Funès et quelques autres dont la réputation n'est plus à faire. Le tout sans contrefaçon. Et où l'on apprend à différencier la porcelaine chinoise des assiettes proposées par un célèbre fabricant de meuble suédois. Et si vous confondez toujours, vous êtes limogés.

critique par Oncle Paul




* * *