Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les diamants Eustace de Anthony Trollope

Anthony Trollope
  Miss Mackenzie
  Le cousin Henry
  Quelle époque!
  Peut-on lui pardonner?
  Phinéas Finn
  Les diamants Eustace

Anthony Trollope (1815 – 1882), est un romancier britannique de l'époque victorienne.

Les diamants Eustace - Anthony Trollope

Ils ont sûrement une âme
Note :

    Si mes recherches en bibli number one ne m'avaient pas mise sur la route de cet exemplaire, j'aurais pu emprunter The Eustace Diamonds en VO en bibli number two, mais on me pardonnera car la bête fait dans les 700 pages. De toute façon je pourrai m'user les yeux sur les Barchester Towers en VO un jour ou l'autre car mon objectif est de lire tout ce qui me tombe sous la main. Les diamants Eustace sont le troisième volume de la série Palliser (mais l'ordre semble peu importer) après "Peut-on lui pardonner" et "Phineas Finn".
   
   Une héroïne sympathique mais pas nunuche en la personne de Lucy Morris, gouvernante sans fortune, bourrée de belles qualités mais ne se laissant quand même pas faire, amoureuse fidèle de Franck Greystock (et elle a bien du mérite), voilà de quoi faire briller les yeux de toute lectrice un poil romantique (oui, vous, allez, avouez) espérant durant 700 pages que l'amour triomphera.
   
   Mais la grande réussite du roman, c'est l'autre héroïne, Lizzie Greystock (cousine de Frank), intelligente, rusée, manipulatrice, menteuse, naïve parfois, un vrai bonheur! Veuve très vite de Lord Eustace, sans gros chagrin d'ailleurs, là voici dotée de soupirants attirés par sa beauté ou ses rentes, allez savoir. Il faut dire qu'elle sait amener les confidences amoureuses en véritable experte, et sans scrupules. Se prétendant propriétaire du magnifique collier Eustace que son époux lui aurait donné selon ses dires (pas de témoin), elle refuse obstinément de le rendre, en dépit de discussions parfois obscures menées par avocats et avoués. Le collier vaut dix mille livres de l'époque (de quoi vivre de ses rentes) et suscite bien des convoitises. D'ailleurs obstinée est une belle description de Lizzie, passant son temps à demander conseil (avec j'imagine battements de cils) mais n'en faisant qu'à sa tête, jouant aussi les faibles femmes.
    Bref, un chouette personne qu'on aime détester ou plaindre car elle est maligne. Elle se bat avec le peu d'armes laissées aux femmes à l'époque.
    Je la verrais bien en Marylin, celle de Diamonds are a girl's best friend...
   
    La parution en feuilleton, comme d'habitude, a un côté positif puisqu'elle oblige à des rebondissements, mais parfois à des rappels inutiles pour le lecteur face au pavé complet. Ceci étant, la plume souvent ironique de Trollope est un plaisir, ses descriptions de personnages sont un régal, les fameux diamants bougent pas mal pour des objets inanimés, le suspense est mené jusqu'au bout, et voilà qu'il annonce 'Lizzie le retour' dans un prochain roman.

critique par Keisha




* * *