Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Sauf quand on les aime de Frédérique Martin

Frédérique Martin
  Femme vacante
  Le vase ou meurt cette verveine
  J'envisage de te vendre
  Sauf quand on les aime

Frédérique Martin est une écrivaine française née en 1963.

Sauf quand on les aime - Frédérique Martin

Toulouse où tout n'est pas rose
Note :

   Sauf quand on les aime...en poche
   
   
   Toulouse où tout n'est pas rose
   
   "- [...]Ce qui est beau n'est pas fait pour durer, il faut sans cesse le ressusciter."
   

   Le roman commence par une scène très forte, et malheureusement banale: une agression verbale par un mec "lourd" qui s'en prend à une jeune femme noire. Les autres passagers du wagon sont "devenus transparents". Tisha ne devra son salut qu'à une femme qui prend la peine d'écouter l'agresseur et de détourner son attention.
   
   Claire, elle aussi présente, n'a pas osé intervenir mais les circonstances feront qu'elle invitera Tisha dans l’appartement qu'elle partage en colocation avec son amie Juliette et son pote Kader. Des jeunes gens d’aujourd’hui qui naviguent de petits boulots en CDD, loin de leur formation initiale et de leurs espoirs. A côté d'eux, vivant dans une "solitude radicale", un vieil homme qui se prend à rêver en écoutant le violoncelle de Claire.
   
   Sans angélisme ni voyeurisme, Frédérique Martin brosse le portrait d'une jeunesse souvent meurtrie, évoluant dans un univers urbain où le corps de la femme devient souvent celui d'une proie. Tout en nuances, ces personnages s'apostrophent, s'insultent, se déchirent mais aussi s'entraident, se réconfortent et tentent de s'aimer vaille que vaille. Toulouse compose le décor essentiel et diablement vivant de ce roman où de brèves échappées champêtres sont autant de respirations et de pauses pour Juliette et les autres.
   
   De très beaux moments, comme la perspective d'échapper à une soirée d'anniversaire en solitaire ou une danse improvisée au son du violoncelle, viennent éclairer ce roman qui se termine malgré tout sur une note d'espoir, sans vouloir à toutes forces terminer par un "happy end". Un très beau moment d'émotion que cette lecture portée par l'écriture tour à tour rageuse, bienveillante et sensuelle de Frédérique Martin.
   
   De la même autrice, j'avais aussi beaucoup aimé les nouvelles de "J'envisage de te vendre (j'y pense de plus en plus)".

critique par Cathulu




* * *