Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La morte du Bombay Express de Sarah Dars

Sarah Dars
  Nuit blanche à Madras.
  La morte du Bombay Express
  Coup bas à Hyderâbâd

La morte du Bombay Express - Sarah Dars

Brahmane Doc
Note :

   “L’intrigue est consistante. Le suspense maintenu jusqu’au bout, la crédibilité, totale. Alors d’où vient que je ne marche pas totalement ?
   S. Dars ne doit pas être destinée à écrire des polars. Peut être trop de didactisme, de volonté pédagogique ? Peut être ? Je ne sais pas. Je ne suis pas rentré dans le jeu, dommage. Je relirai à l’occasion d’autres épisodes du Doc. Peut être serai-je amené à revoir ma position ? »

   
   C’est ce que j’écrivais à l’occasion de la critique de “Nuit blanche à Madras”. C’est donc un nouvel épisode et je confirme mon impression. Sarah Dars connaît intimement, en profondeur, le monde indien. Mais pour ce qui est d’en faire un polar, ce n’est pas réussi.
   
   Pour qui connaît, ou a connu, l’Inde, ses vicissitudes et ses grandeurs, c’est très parlant, très réaliste. Pour un non-connaisseur, il y a moyen de passer à côté de beaucoup de choses très vraies évoquées dans ses livres. Donc livre sur l’Inde moderne et une partie de sa sociologie, sûrement. Pour l’intrigue, … on ne marche pas vraiment.
   
   En substance, le Brahmane Doc, improbable compromis de docteur “alternatif” et d’enquêteur, est mêlé malgré lui à ce qui pourrait être un suicide ou un meurtre dans l’Express qui l’emmène de Madras à Bombay (Mumbaï, pardon !). Une jeune femme est en effet brûlée dans son compartiment ainsi que s’immolaient les veuves dans un passé pas si lointain. Mais elle n’était pas veuve et n’avait pas de tendances suicidaires. Durant son séjour à Bombay, Doc va contribuer à la résolution de l’énigme, en nous faisant plonger par la même occasion dans la vie de la capitale économique de l’Inde. Tout cet aspect est pertinent et réjouira ceux qui ont quelque intérêt pour ce pays fascinant. Ce n’est pas rien.

critique par Tistou




* * *