Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Voyages d'écrivains de Hervé Bentégeat

Hervé Bentégeat
  Voyages d'écrivains

Voyages d'écrivains - Hervé Bentégeat

Plumes exotiques
Note :

   Durant l'été 2001, Le Figaro a publié une série d'enquêtes sur des voyages d'écrivains.
   
   Plusieurs auteurs sont partis sur les traces de Balzac en Ukraine, de Simenon au Cap Nord, de Céline à New York et d'une dizaine d'autres.
   
    Le processus est le même à chaque fois : évocation du grand écrivain dans telle ou telle région ou ville, puis recension des vestiges évoqués encore visibles, mélange de littérature, de géographie et de mémoire qui a tout pour me plaire puisque je le pratique souvent (Perec à Paris, Flaubert à Rouen, Cohen à Genève...).
   
   Comme on est dans Le Figaro, on trouve des auteurs assez marqués, comme Claudel, Bernanos ou Barrès. Ce dernier, que je ne lirai sans doute jamais, est d'ailleurs une bonne surprise. Son voyage en Grèce, dont il attendait monts et merveilles, le déçoit énormément et ses notes de voyage valent le détour. L'Acropole : "de la vaisselle cassée au bord de la mer"; les murs de telle cité antique sont "recouverts d'une exploitation agricole, sous laquelle je n'étais que trop disposé à les laisser dormir".
   
   Selon les auteurs évoqués et selon la manière dont ils sont évoqués, l'intérêt varie. Baudelaire à l'île Maurice, Céline à New York, London dans le Grand Nord et Stendhal en Russie sont les plus réussis. En revanche, Claudel, même au Japon, suinte l'ennui, Hemingway à Venise a l'air de sortir d'un roman photo et Proust à Paris est magistralement raté.
    ↓

critique par P.Didion




* * *



Ecrire ailleurs
Note :

    Idée fine que cette somme de quinze articles sur quinze écrivains. Le Figaro a publié ces articles souvent passionnants il y a une dizaine d'années. Quatorze journalistes sont ainsi partis sur les traces de quinze écrivains. Le lecteur peut y picorer à loisir. J'ai lu l'intégralité par ordre alphabétique comme c'est ainsi rassemblé. Evidemment certains univers me sont plus proches ou tout au moins m'intéressent davantage. Podium...
   
    Georges Simenon en Norvège et au Cap Nord est fascinant. On sait l'homme Simenon très ami des gares, et plus encore des ports, des écluses et des bistrots de mariniers, des bars à matelots où la bière est brelienne. A Delfzijl, port du Nord au nom imprononçable, un nord qui n'est encore que hollandais, est probablement né après de multiples ébauches pour le titan belge, le commissaire Maigret. Mais Simenon, en 1929, a publié en un an la bagatelle de quarante romans et s'est offert l'Ostrogoth, un joli cotre qu'il décide de mener cap au Nord. On l'imagine pipe au bec et genièvre à la table, noircissant des pages et des pages de sa fameuse ambiance portuaire avec secrets de famille, quand patiente son bateau. Déjà des notables inquiets, des maisons trop tranquilles, des filles ambitieuses, des étrangers souvent venus de l'Est, le monde de Simenon est bien là, qui fera le tour du monde, composant une tragi-comédie de l'humain, sans psy, les coudes au comptoir. Simenon, auteur plus que majeur, qui aime les lumières d'hiver, ira jusqu'à Honningsvag (je vous fais grâce des trémas), le nord du nord.
   
    "Papa" Hemingway chasse le canard tout près de Venise, 1948. Certes il connaissait la région, grièvement blessé par un obus autrichien. Il a déjà cinquante ans,il paraît plus, fatigué, John Barleycorn l'accompagne depuis longtemps. Vient à passer Adriana, pas vingt ans, et le chasseur vieillissant se prend à revivre, avec force grappa et bloody mary. Jean-Marie Rouart, ce grand écrivain, est l'auteur de l'article Hemingway. Il y parle, fort à propos, de fiançailles avec la mort, d'un petit air de Thomas Mann, "La mort à Venise". J'en suis persuadé, Hem est déjà sur la route de la nuit, au Harry's bar, au Gritti, dans les volutes de valpolicella ou dans les bras d'Adriana au fond d'une gondole. Presque chaste, probablement. Bientôt il faudra dire au revoir aux armes. Sonnera le glas.
   
    Pour Jack London, plus encore ami de John Barleycorn, on sait son Grand Nord. On a tous lu Croc-Blanc. 1897. On a découvert de l'or au Klondike. Jack London en sera, enfin, sera surtout de l'impressionnante cohorte des ruinés, blessés, malades et morts de cette fièvre maligne (Belliou la fumée, Construire un feu). Pour Jack ce n'était même pas un grand voyage, natif de Frisco. Il a vingt-et-un ans, traîne dans les bars (tiens, Hem et Sim aussi, dans d'autres bars), les bars où ça castagne. Rescapé du scorbut, il prend des notes, son socialisme sera toujours exacerbé, son penchant suicidaire aussi. Il rejoindra la nuit lui aussi, plus ou moins de son plein gré, pourtant riche et célèbre mais ô combien mal dans sa peau.
   
    Lisez le beau recueil "Voyages d'écrivains". Bernanos recréant une sorte de petite France au Brésil, voix libre d'une France libre, Cendrars ce grand menteur et son train des glaces, Céline, un dur pourtant, mis knock-out par New York, "cette ville debout". Mais,plus encore, lisez "Pietr le Letton", "Le soleil se lève aussi", "Martin Eden". Je vous autorise même à lire Proust dont Stéphane Denis évoque les pérégrinations sur la rive gauche, ultime voyage du dandy qu'il faut avoir lu, dans un article un peu claustro à mon gré. Il me faut vous dire que mon gré est peu proustien.

critique par Eeguab




* * *