Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

L'homme est un dieu en ruine de Kate Atkinson

Kate Atkinson
  La souris bleue
  Dans les replis du temps
  Sous l’aile du bizarre
  Dans les coulisses du musée
  Les choses s’arrangent mais ça ne va pas mieux
  A quand les bonnes nouvelles?
  On a de la chance de vivre aujourd'hui
  Parti tôt, pris mon chien
  Une vie après l'autre
  L'homme est un dieu en ruine

Kate Atkinson est un écrivain britannique née en 1951.

L'homme est un dieu en ruine - Kate Atkinson

La Grande-Bretagne d'après-guerre
Note :

   Teddy a vingt ans lorsqu’il s’enrôle en 1940 comme pilote de bombardier. Vite promu commandant d’Halifax, lui et son équipage vont connaître quatre années d’horreur et d’héroïsme où chaque mission risque d’être la dernière.
   Il va pourtant vivre jusqu’à plus de quatre-vingt-dix ans sans jamais complètement accepter l’idée d’avoir survécu et avec une obsession : ne plus faire de mal à personne. Le formidable pilote va donc épouser celle qui l’attendait, devenir père puis grand-père tout en se frayant un chemin au milieu des périls et des progrès du XXe siècle.
   
   Teddy est le personnage central et le roman tourne autour de sa vie. L'histoire ne se raconte pas chronologiquement, mais glisse d'avant en arrière de l'enfance de Teddy à ses derniers jours dans une maison de retraite sinistre.
   
   Une saga familiale qui raconte l'histoire de la Grande-Bretagne d'après-guerre à travers le microcosme d'une seule famille. Un roman construit comme une commode dont Teddy ouvre les tiroirs au fur et à mesure de ses souvenirs. Ces va- et- vient incessants rendent le récit assez difficile à suivre au début. Mais ce livre est porté par le talent de narratrice de l'auteur et la richesse de ses personnages. Elle nous conte avec délicatesse la perte des amis au combat, la fin de vie de Teddy, les derniers jours de Nancy terrassée par la maladie et les années sacrifiées par la guerre.

critique par Feursy




* * *