Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Histoire mondiale de la France de Patrick Boucheron

Patrick Boucheron
  Léonard et Machiavel
  Histoire mondiale de la France

Histoire mondiale de la France - Patrick Boucheron

Le manifeste d'une jeune génération d'historiens
Note :

   Quand je lis ou j'entends dire que l'histoire de France s'inscrit dans une sorte de « roman national » cela signifie de mon point de vue une fiction à base de grands hommes et de grands événements, dispositif assez commode pour raconter le passé en images d'Epinal — mais sans considération pour le travail des chercheurs d'aujourd'hui. Patrick Boucheron et ses 122 collègues — principalement universitaires — n'ont pas voulu laisser les faux spécialistes de l'histoire grand public et à grand tirage monopoliser davantage les rayons des librairies : « Aux publicistes les facilités narratives d'un récit s'éloignant sans scrupule de l'administration de la preuve, aux historiens les circonvolutions embarrassées pour ramener ce récit aux froides exigences de la méthode ». Voyons le résultat.
   
   Dès sa parution l'ouvrage a été un succès de librairie dépassant les attentes des auteurs. La forme de l'ouvrage y est pour beaucoup sans doute. Au lieu d'un récit continu et indigeste, l'ouvrage se présente comme une succession chronologique de 146 brèves notules libérées des notes infrapaginales. La lecture peut rester linéaire ou devenir ludique, s'aventurer dans les renvois chronologiques et l'index des noms ou grappiller des entrées sur la table en fin d'ouvrage. Mais à mon avis le succès s'explique autrement. Comme s'il s'agissait du manifeste d'une génération d'historiens réunis autour de Boucheron, l'ensemble s'inspire de l'histoire connectée, à toutes les époques, de manière à briser l'enfermement dans une histoire strictement nationale. Chaque sujet se trouve ainsi aéré par une ouverture sur l'extérieur, et donc jamais totalement refermé sur l'entre-soi franco-français.
   
   La méthode contient donc énormément de surprises qui enchantent le lecteur tout en balayant les repères classiques : l'antiquité gauloise et romaine, la féodalité, le monachisme, la Renaissance, les Lumières, la révolution industrielle, les guerres mondiales, etc. La subjectivité de chacun s'attachera à tel ou tel article marquant ou insolite, et le livre n'en manque pas ! Pour ma part, le rabbin de Troyes qui commente le Talmud (1105), l'esclave noir à Pamiers (1446), l'inauguration du Négresco sur la promenade des Anglais (1913), ou le lancement du N°5 de Chanel (1921) ont vraiment piqué ma curiosité. Par ailleurs, tout lecteur y retrouvera une bonne dose d'“incontournables” : la fondation de Marseille, la mort de saint Louis, la bataille de Marignan, le massacre de la saint Barthélémy, l'assassinat d'Henri IV, la révocation de l'édit de Nantes, le sacre de Napoléon, la Commune de Paris, l'exposition coloniale de 1931 ou la fin de la IVe République, etc. Le chapitre consacré au second XIXe siècle, intitulé « la mondialisation à la française », est peut-être le plus réussi avec sa façon de montrer la France comme un pays dynamique (libre-échange, canal de Suez, travaux de Pasteur puis des Curie…)
   
   Mais évidemment cette Histoire mondiale de la France n'est pas une encyclopédie exhaustive, et bien des choix restent discutables. Ce serait pourtant lui faire un mauvais procès que de reprocher des absences ponctuelles et bien des sujets n'apparaissent qu'indirectement. Néanmoins, la technique consistant à faire un pas de côté a incontestablement écarté des sujets difficiles ou polémiques, comme nos conflits coloniaux : pour s'en tenir aux principaux, la guerre d'Indochine et la guerre d'Algérie ont été évacuées.
   
   Ce livre qui n'a rien d'un petit Lavisse du XXIe siècle, ni d'une Histoire de France pour les Nuls, restera probablement, par son geste pédagogique réunissant de nombreux professionnels de la recherche historique, comme un témoignage des doutes et des affrontements auxquels l'histoire a pu conduire ces dernières années dans un pays auquel l'Europe et le Monde donnent aujourd'hui le vertige.
    ↓

critique par Mapero




* * *



Quand l’Histoire fait le buzz
Note :

   Avant de vous décider à acheter ou emprunter ce livre vous avez le choix entre deux types de critiques : soit l’on estime que cet ouvrage est "le fossoyeur du grand héritage français" dixit Alain Finkielkraut notre homme en vert, soit qu’il est là pour "déplacer, dépayser, et élargir notre histoire" dixit Patrick Boucheron.
   
   Je dois avoir un côté centriste (c’est à la mode n’est-ce pas ?) car si j’ai beaucoup aimé ce livre, j’ai trouvé ici ou là quelques discours un peu trop négatifs qui tendent à culpabiliser le lecteur d’aujourd’hui, mais cela ne concerne que quelques chapitres d’un très gros livre qui reste un travail passionnant pour nous aider à regarder la France les yeux bien ouverts sur le monde et où le positif l’emporte largement.
   
   Patrick Boucheron et l’équipe d’historiens qui l’entoure ont décidé de choisir 146 dates dans l’histoire de la France, des faits et des personnages, pour illustrer l’évolution de la nation France. On va des dessins de la grotte Chauvet aux attentats de 2015.
   
   C’est donc une histoire que vous pouvez lire comme je l’ai fait en suivant la chronologie ou vous pouvez piocher au hasard de vos envies et de votre curiosité, chaque chapitre étant une unité indépendante avec sa propre bibliographie et un nombre limité de pages ce qui permet de rapidement se faire une idée du sujet traité.
   
   Pour aller dans le sens de Finkielkraut il y a en effet des choses passées sous silence, la littérature est très peu présente ainsi que l’art. Mais l’ensemble est éclairant, loin des discours simplistes de certains pseudo historiens style Lorant Deutsch.
   
   Une date :
34000 ans avant JC et ces hommes "les premiers à avoir fréquenté cette grotte, les auteurs de ses principales fresques" quelque part dans le sud de la France. Ils illustrent ce "grand art des cavernes", inventent un langage qui aujourd’hui nous émerveille.
   "brillants artistes, dont cette grotte reste le chef-d’oeuvre : avec près de cinq cents figures animales"
   

   Des personnages :
Des gaulois au Sénat de Rome en 48
   On a longtemps appris que nos ancêtres et les romains n’étaient pas dans les meilleurs termes mais savez vous qu’un jour une délégation de notables venus "d’Aquitaine, de Lyonnaise, de Belgique" est allée réclamer le droit d’accéder et de siéger au Sénat ? C’est bien fait pour flanquer un coup à nos irréductibles Gaulois ça !
   
   Un homme et une ville :
Troyes en 1105
   La Champagne a abrité un homme d’exception qui commenta la totalité de la Bible et du Talmud. Il s’appelait Rachi et peut être "considéré comme l’un des premiers grands auteurs français".
   Il passa sa vie en Champagne mais son savoir plane encore aujourd’hui dans "les synagogues du monde entier, des grandes villes américaines aux hameaux du Yemen, du Birobijian à Canberra"
   
La ville lui a consacré un musée.
   
   Un fléau :
La peste noire 1347 et des foyers aux quatre coins du monde, en Ukraine, en Chine, véhiculée par les marchands persans, arabes, grecs, vénitiens, génois. Elle interrompt même la Guerre de cent ans mais atteint les villes de France plutôt que les campagnes. Elle fit aussi d’autres sortes de morts comme les 2000 juifs victimes d’un pogrom à Strasbourg, il fallait bien trouver un bouc émissaire.
   
   Une ville :
Dunkerque 1662
   Une ville sur laquelle Louis XIV met la main alors qu’elle était jusque là un repaire de corsaires, un nid d’espions hollandais et anglais, bref un port très cosmopolite.
   
   1825
et la première intervention humanitaire de la France et la première réflexion sur le droit d’ingérence. Vous avez deviné ? oui rappelez vous
   
   Que veux-tu ? fleur, beau fruit, ou l'oiseau merveilleux ?
   Ami, dit l'enfant grec, dit l'enfant aux yeux bleus,
   Je veux de la poudre et des balles.

   
   1917 :
pendant que la Première Guerre fait rage, en Nouvelle Calédonie la révolte des Kanaks vient rappeler que ces français malgré eux refusent d’aller se battre pour la France en Europe. Colère que les Kanaks mettront en mots grâce à des "poésies-récits".
   
   1954
et l’appel de l’abbé Pierre "le pays se mobilise pour venir en aide aux mal-logés. Le retentissement est international".
   
   Il y a encore cette histoire d’un tailleur de pierre qui s’en va en Suède en 1287 pour construire la cathédrale d’Uppsala ou Dominique Vivant Denon cherchant à soustraire aux armées et pays d’occupation les œuvres dont Napoléon avait enrichi le Louvre. Le Nobel de Marie Curie ou la loi de 1927 facilitant l’accession à la nationalité française et qui me fait me souvenir de la lecture d’Adieu Volodia de Simone Signoret.
   
   Ce ne sont que quelques exemples par forcément les plus importants mais parmi ceux qui m’ont plu ou qui ont attiré mon attention ou des sujets que je ne connaissais pas du tout.
   
   Certains chapitres m’ont moins plus, j’ai eu quelques tiraillements aussi en lisant le chapitre sur la Terreur dont l’auteur semble dédouaner un peu vite les révolutionnaires de l’époque.
   
   Pourtant dans leur grande majorité les articles sont intéressants, riches. Ils offrent une excellente synthèse en peu de pages, libre ensuite au lecteur d’aller parfaire son information.
   
   Le portrait de la France qui ressort est plus bigarré, plus métissé que celui qui prévaut dans beaucoup de livres.
   
   C’est une Histoire qui interroge, qui relance la réflexion, qui agace parfois mais qui toujours nous met en demeure d’élargir notre point de vue et rien que pour cela j’ai fait une place à ce livre dans ma bibliothèque, il va aller rejoindre le Petit Mourre qui lui répond à de toutes autres questions, ils se complètent bien.

critique par Dominique




* * *