Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ce qui gît dans ses entrailles de Jennifer Haigh

Jennifer Haigh
  La condition
  Ce qui gît dans ses entrailles

Ce qui gît dans ses entrailles - Jennifer Haigh

Gaz de schiste
Note :

   Jennifer Haigh est née en 1968 à Barnesboro, en Pennsylvanie. Elle étudie en France, se tourne d’abord vers le journalisme avant de tout quitter pour se consacrer à la littérature. Elle est publiée pour la première fois en 2003. Elle est l’auteur de six romans et d’un recueil de nouvelles. Depuis plus de dix ans, son succès aux États-Unis ne se dément pas. Elle vit à Boston.
   
   La Pennsylvanie, Les premiers puits de pétrole ont été creusés là-bas, et le charbon a longtemps été excavé dans ses collines. Quand les mines firent faillites, les panneaux à vendre fleurirent, aujourd'hui le fantôme de la prospérité s'attarde sur Bakerton une petite ville insignifiante qui est comme un patient en phase terminale qui se raccroche à un fil, et ce fil pourrait être "le Marcellus Shale", un vaste réservoir de gaz de schiste plus ancien que le charbon. Mais le schiste, une mer de richesses, est profondément enfoui. donc trop cher à exploiter, jusqu’à l’arrivée de la technique de fracturation hydraulique, et les dollars vont couler à flots.
   
   Dans ce roman l’auteur nous conte les conséquences sur la nature et les hommes de l’exploitation du gaz de schiste. A travers la vie d’une communauté et de ses habitants nous vivions les espoirs et les drames que cette exploitation va engendrer.
   
   Le gardien de prison Rich Devlin loue ses droits miniers pour financer son rêve d'agriculture. Darren, son frère est plutôt sceptique, il y a les accrocs au chocolat, les accrocs du shopping, Darren lui a choisi la mauvaise substance, il est accroc à la Méthamphétamine. Gia l’amie d’enfance de Darren, serveuse au bar, elle est encore plus belle que dans ses souvenirs. L’épouse de Rich, Shelby, jeune femme fragile avec ses névroses et ses phobies. Elle insiste sur l'eau qui sent étrange et qui empoisonne leur fille fragile Olivia. Mais la vérité sur l’origine des malaises d’Olivia est peut-être plus horrible encore.
   
   Pendant ce temps, leurs voisins, les producteurs de lait bio Mack et Rena, deux femmes, qui vivent en couple s'opposent au forage, car le bio et le gaz de schiste ne font pas bon ménage. Mark ressemble à un homme d’ailleurs son père n’a jamais su comment élever une fille, il voulait un garçon, alors il l'avait élevée comme un fils. Quand à Rena, elle n’a peut-être pas renoncé à aimer un homme.
   
   Wesley, le pasteur, avait 7 ans au moment de la catastrophe de la centrale nucléaire de Three Miles Island. Le temps de latence moyen des tumeurs dues à la radioactivité est de 20 à 30 ans. Il va bientôt être rayé du registre. A sa mort, Sa femme Jess va reprendre le sacerdoce, sans conviction, mais cela lui semble naturel.
   
    Et puis il y a Lorne, le géologue militant environnemental qui va perturber la vie et certains cœurs de la communauté.
   
   Un écrivain observateur qui capture bien ses personnages dont les intérêts sont opposés, il nous fait partager les secrets des uns, les envies ou les frustrations des autres. Une histoire douloureusement humaine où espoir et désespoir se mélangent, un drame où règnent la cupidité et le pouvoir, un livre militant qui pose question au moment où le nouveau président des USA, Donald Trump veut intensifier l’exploitation du gaz de schiste
    ↓

critique par Y. Montmartin




* * *



De quoi avez-vous vraiment besoin ?
Note :

   "Il a expliqué que la foi est l’enfant de la peur, une terreur primitive partagée par tous les animaux, la hantise de notre propre négation. Voulant à tout prix se croire éternel, l’homme embrassera la plus extravagante des fictions : la rédemption ultime, la justice finale, l’homme-sieur qui a parcouru la terre. La foi, finalement, est l’entêtement humain à une échelle héroïque - le déni passionné, le refus absolu et éternel de mourir."
   

   Bakerton, petite ville de Pennsylvanie, qui vit le jour grâce à la découverte de l’énergie fossile nommé le charbon. Les mines firent la fortune de la ville pour la plonger dans le silence lors de leur fermeture.
   
   Pennsylvanie, l’Etat où se produisit l’incident de la centrale nucléaire Three Mile Island. Personne ne fut évacué. Juste un ordre de fermer les fenêtres. Comme si les radiations optaient pour le mot frontière. On déversa l'eau de la centrale nucléaire dans les rivières.
   
   Wesley pasteur à Bakerton vécut ce drame enfant. Le cancer l’a déjà emporté quand le roman débute.
   
   Bakerton ville morte alors quand les habitants apprennent qu’ils peuvent faire fortune en louant leur sous sol à une grosse boite qui s’occupe d’extraire le gaz de schiste et ainsi récupérer un peu d’argent et beaucoup pour certains, pourquoi hésiter ? Il y a toujours les irréductibles mais bon on se passera d’eux.
   
   La faille va porter le nom de Marcelus et la machine peut se mettre en cadence.
   
   Ils ont signé très vite pour la plupart, pas lus les petits caractères. Ils vont vite comprendre qu’ils n’ont plus aucun pouvoir sur leurs terres. Le bruit qui ne laisse aucun répit. Tout ce qui était leur passé a été enfoui dans la terre.
   
   Il y a l’écolo de service qui vient faire un tour. L’eau qui pourrait être contaminée par le méthane.
   
   Comment se battre contre un dinosaure ? Tenter…
   
   Et puis c’est la banqueroute pour la société. Le big boss est lâché de toute part. Bakerton retourne au silence.
   
   Pourtant la vie ne sera plus la même. Ils ne seront pas plus riches mais ils ont compris que le bonheur cela se serre dans le creux des mains. Vaille que vaille.
   
    La découverte des énergies fossiles a totalement changé la vie des Hommes sur notre planète. Pour les uns ce fut l’enfer des mines pour d’autres le bonheur de s’enrichir tant et plus mais voilà il fallait que l’homme se prenne pour un Dieu et qu’il crée les centrales nucléaires dont on ne saurait se passer malheureusement totalement malgré tout ce que l’on proclame. Et nouvelle découverte, surtout aux USA, le gaz de Schiste qui pollue les sols, même si l’on prétend le contraire. Energie la déesse bienfaitrice.
   
   Jennifer Haigh nous a concocté un roman fabuleux sur cette Amérique qui tente dans certaines régions de revivre souvent avec désillusion après avoir touché l’espoir. Régions soumises à la cupidité de l’homme qui veut absolument augmenter sa montagne d’argent qui entre nous n’est que virtuelle. Les fortunes actuelles sont basées sur de l’argent virtuel donc inexistant.
   
   Je n’en rajouterai pas plus. Les bases de notre société planétaire sont contenues entre les lignes du roman.

critique par Winnie




* * *