Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ceux de Falesa de Robert Louis Stevenson

Robert Louis Stevenson
  L'étrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde
  Le pavillon sur les dunes
  La Magicienne
  Le Maître de Ballantrae
  La Bouteille endiablée
  Dès 09 ans: L'île au trésor
  Intégrale des nouvelles
  Le Club du suicide
  Voyage avec un âne dans les Cévennes
  Un mort encombrant
  Le Mort Vivant
  L'Hercule et le tonneau
  Un mort en pleine forme
  Le grand Bluff
  Ceux de Falesa
  Dès 07 ans: Petit jardin de poésie

Grand voyageur, Robert Louis Stevenson est un écrivain écossais né en 1850 à Édimbourg et mort en 1894 dans les Samoa d'une crise d'apoplexie.


L'écrivain japonais Nakajima Atsushi a consacré un roman à Stevenson : "La mort de Tusitala".

Ceux de Falesa - Robert Louis Stevenson

L'hypocrisie des missionnaires
Note :

   Surtout connu pour son roman "L'île au trésor" (1883), pour sa nouvelle" L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde" (1886) et pour son récit Voyage avec un âne dans les Cévennes (1879), Robert-Louis Stevenson fut comme Jack London un grand voyageur, mais ce n'est pas le seul lien qui les unit.
   
   Ils sont décédés tous deux prématurément, Stevenson à 44 ans, London à 40 ans, et tous deux écrivirent des articles journalistiques qui rencontrèrent le succès, dans lesquels les deux écrivains narraient leurs expériences personnelles et mettaient en scène des histoires ayant la mer pour décor.
   
   Moins connu que les précédentes œuvres citées, "Ceux de Falesa" fait partie d'un recueil de trois nouvelles intitulé "Les Veillées des îles", initialement paru en 1893. Or "Ceux de Falesa" est ici restitué dans son intégralité, dans sa forme originelle, car ce texte n'eut pas l'heur de plaire pour des raisons que l'on qualifierait aujourd'hui de politiquement incorrectes. En effet, et Michel Le Bris l'explique longuement dans sa présentation, "Ceux de Falesa" fut honteusement tronqué, modifié, mais l'époque ne se prêtait pas non plus à la modernité de ton et d'écriture de Stevenson.
   
   Les propos tenus et les actions de Wiltshire, le narrateur, ne plaisant pas à l'Angleterre puritaine dirigée par l'inamovible Reine Victoria. Ou du moins c'est l'interprétation qu'invoquent les amis et conseillers littéraires de Stevenson.
   
   Devant reprendre le comptoir délaissé par son prédécesseur parti précipitamment, Wiltshire à son arrivée à Falesa est accueilli par Case, Black Jack et le vieux capitaine Randall. Il doit troquer des marchandises contre le copra, denrée fort recherchée en Europe.
   
   Le premier conseil que donne Case à Wiltshire est de trouver une femme et de lui en présenter dans la foulée. Beaucoup de prétendantes sont agglutinées autour d'eux, mais le choix de Wiltshire, encouragé par Case, se porte sur une jeune fille, dont la morphologie diffère quelque peu des autres postulantes. Alors qu'elles sont potelées, Uma est une maigrichonne au regard étrange, espiègle et voilé. Un accord est rapidement conclu et le mariage peut alors se dérouler selon un rite guère catholique.
   
   Il s'agit d'un mariage qui compte pour du beurre et Black Jack sert d'aumônier, et à l'issue de la cérémonie un certificat leur est remis, rédigé en ces quelques lignes.
   "Il est certifié qu'Uma, fille de Faavao, de l'île de Falesa de l'archipel des..., est illégalement mariée à M. John Wiltshire, pour une nuit, et que M. John Wiltshire peut à sa guise l'envoyer au diable le lendemain matin. Signé..."
   

   Mais Wiltshire est tombé amoureux au premier coup d'œil d'Uma, un véritable coup de foudre, partagé semble-t-il. Et il pense être intégré à la communauté, sauf que les clients ne se pressent pas à son comptoir. Personne ne daigne franchir la porte, et troquer du copra contre les marchandises qui attendent dans l'arrière boutique.
   
   Pourtant les autochtones s'installent devant son magasin, des gamins également, des adultes qui les regardent sans parler, ou entre eux en catimini. Il est tabou ! Ce qui l'inquiète et il sent qu'un coup fourré a été préparé à son insu.
   
   Stevenson dénonce l'hypocrisie et le colonialisme, surtout celui exercé par les missionnaires. Et ce n'est pas uniquement ce mariage factice qui a pu choquer les puritains en cette fin de XIXe siècle.
   
   Le certificat de mariage est remis à Uma qui le garde précieusement par devers elle. Pourtant :
   "On aurait honte pour bien moins. Mais telle était la coutume dans cette partie du monde et, ainsi que je me le dis, la faute n'était nullement la nôtre, à nous les hommes blancs, mais bien celle des missionnaires. S'ils avaient laissé les indigènes vivre leur vie, jamais cette mascarade n'aurait été nécessaire, j'aurais pu prendre toutes les femmes que je voulais et les abandonner à loisir, la conscience nette."
   

   Stevenson, par la voix de Wiltshire, le narrateur, regrette toute cette hypocrisie dans les relations entre les canaques et les blancs, ceux qui viennent apporter leur loi, et surtout l'imposer.
   "Il faut d'abord que je vous dise que je n'approuve pas du tout les missions, repris-je. M'est avis que vous et vos pareils ne faites que du mal, en bourrant le crâne des indigènes avec des contes de bonnes femmes, tout en jouant les importants."
   
   Wiltshire n'est pas un saint, loin s'en faut, pour autant il est moins pire que ses commensaux. Et bien des racistes aujourd'hui devraient méditer cette phrase :
   "Nous arrivions en vue de la maison des trois hommes blancs, car un Nègre, là-bas, compte comme un Blanc - et un Jaune pareil, d'ailleurs ! Une idée singulière, mais commune dans les îles."

   
    Mais Stevenson ne rédige pas un réquisitoire, il construit une histoire solide, le problème d'un négociant pour s'implanter sur une île déjà sous la coupe d'autres individus, sur les relations qui peuvent se construire ou non, simplement à cause du négoce et des bénéfices qui peuvent en résulter. Il ne s'agit pas d'une histoire d'amour comme une autre puisque construite sur un malentendu, mais de démontrer que les lois édictées par un pays, mises en pratique ne peuvent pas forcément être intégrées dans un autre qui possède déjà ses coutumes millénaires. Et par essence, c'est aussi un roman d'aventures !
   
   Deux nouvelles complètent ce recueil : "Le pauvre John Wiltshire" à propos de la situation, qui est inédite, et dans laquelle on retrouve le narrateur de "Ceux de Falesa" se plaignant de la façon de procéder du Haut Commissaire Sir John Bates Thurston, qui est le Principal Officier Consulaire Britannique en Fonction aux Samoa, et notamment d'une ordonnance dite Ordonnance contre la Sédition de 1892. Il écrit à un journal analysant le mot de sédition.
   
   "Mari et femme" est le texte paru dans le Sun le 10 novembre 1891, corrigé sur épreuves par Stevenson, et non celui paru ultérieurement dans le volume "Dans les mers du Sud", qui avait été spolié.

critique par Oncle Paul




* * *