Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le peuple des ténèbres de Tony Hillerman

Tony Hillerman
  Là où dansent les morts
  La Mouche sur le mur
  Le cochon sinistre
  Le peuple des ténèbres
  La voie du fantôme
  Moon
  L'homme squelette
  Le chagrin entre les fils
  Porteurs de Peau
  Le peuple de l'ombre

Tony Hillerman est un auteur américain de romans policiers ethnologiques (culture indienne) né en 1925 et mort en 2008.

Le peuple des ténèbres - Tony Hillerman

Uranium dans le territoire Navajo
Note :

   (Ce titre a également été édité sous le titre "Le Peuple de l'ombre", voir fiche)
   
   Tony Hillerman est un écrivain de l’ouest américain, né dans l’Oaklaoma, dont le sujet d’intérêt principal est bien cet Ouest fabuleux et ses peuples originels, notamment le peuple Navajo.
   
   Il a ainsi créé une série récurrente dont les principaux héros sont deux membres de la Police tribale Navajo ; Joe Leaphorn et Jim Chee. On est donc dans le domaine du polar. Mais du polar ethnologique, presque pourrait-on dire. Ethnologique et sociologique puisque Tony Hillerman semble très documenté sur la question et très respectueux.
   Le peuple Navajo constitue le peuple originel qui possède certainement les plus vastes « réserves » dédiées des USA. Certainement aussi le peuple le plus vaste. A ce titre, leur police : la Police tribale Navajo, contribue à l’ordre sur de très vastes territoires (et Dieu qu’ils sont beaux ces territoires !).
   
   Tony Hillerman écrit bien, ce qui ne gâche rien, et aime nous faire ressentir l’émotion qu’on éprouve devant ces immensités hiératiques. Le pendant, pour les territoires Navajo d’un James Lee Burke pour la région de New Orleans, par exemple.
   
   Ce « peuple des ténèbres » est un peu particulier dans la mesure où, écrit assez tôt dans la série, il a d’abord été traduit et publié en France dans une version incomplète, et reniée par Hillerman, sous le titre « Le peuple de l’ombre ». Il nous est donc arrivé plus tard par rapport à l’ordre logique.
   
   Ce n’est d’ailleurs pas le meilleur de la série. L’intrigue y est un peu embrouillée et certains personnages peu cernés psychologiquement (pourtant un grand intérêt d’Hillerman). On y assiste à la montée en puissance de Jim Chee et à ses doutes (là aussi une constante d’Hillerman, beaucoup de doute et de contradictions à résoudre).
   
   En substance, Jim Chee est contacté par une milliardaire pour une mission étrange, retrouver à titre privé un coffret à souvenirs dérobé dans le coffre de la maison. Ca débordera largement le cadre d’un coffre à souvenirs et les intérêts financiers liés aux richesses du sous-sol vont rapidement accélérer les choses.
   
   « Becenti secoua son paquet pour en faire sortir une cigarette qu’il proposa à Chee, puis il s’en choisit une et frotta une allumette qu’il en approcha. Il resta là à fumer, le regard posé sur le mont Taylor à cinquante kilomètres à l’est. Le soleil s’était couché derrière l’horizon, mais le sommet de la montagne qui se dressait à mille six cents mètres au-dessus du fond de la vallée recevait encore sa lumière directe.
   
   Les Navajos l’appelaient Tsoodzil, la Montagne Turquoise. C’était un des quatre sommets sacrés que Premier Homme avait érigés pour protéger Dinetah. Il l’avait fabriquée sur une couverture bleue, à l’aide de terre qu’il avait apportée du monde inférieur, et l’avait ensuite décoré de turquoises et de silex bleus. Ensuite il l’avait fixé dans la terre à l’aide d’un couteau magique et avait désigné Fille Turquoise pour y vivre et Grand Serpent pour la protéger jusqu’à la fin du Quatrième Monde. En cet instant précis le couteau magique semblait avoir glissé : la montagne sacrée donnait l’impression de flotter dans le ciel, séparée de la terre ferme par une brume de sol.
   Magnifique, pensa Chee. »

   Oui, je trouve.
   
   
   Trilogie Jim Chee :
   
   1 - People of Darkness, 1980 - Le Peuple de l'ombre ou des ténèbres

   2 - The Dark Wind, 1982 - Le Vent sombre
   3 - The Ghostway, 1984 - La Voie du fantôme

critique par Tistou




* * *