Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson

Philippe Besson
  Les jours fragiles
  L'arrière-Saison
  Se résoudre aux adieux
  Un instant d'abandon
  Un garçon d’Italie
  La maison atlantique
  De là, on voit la mer
  Vivre vite
  Arrête avec tes mensonges
  Les passants de Lisbonne
  Un certain Paul Darrigrand
  Dîner à Montréal

Philippe Besson est un écrivain français né en 1967.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Arrête avec tes mensonges - Philippe Besson

Une adolescence
Note :

    Philippe Besson a donné au titre de son dernier ouvrage "Arrête avec tes mensonges" une injonction de sa mère et emmène ainsi le lecteur revisiter son enfance.
   
    Il nous livre ici un roman d'une grande sensibilité, hautement touchant et se dévoile avec mélancolie dans une autofiction parfaitement maîtrisée.
   
    C'est sur la silhouette d'un jeune homme aperçue lors d'un passage à Bordeaux pour une interview en qualité d'écrivain, que le passé lui revient.
   
    Un début de roman comme un souffle, sans ponctuation. Le lecteur est interpellé. L'auteur nous parle mais nous dit-il toute la vérité ?
   
    En 1984, Philippe est un brillant élève de terminale au lycée Barbezieux en Charente et il découvre "le foudroiement amoureux, l'extase et l'éblouissement" pour un jeune garçon du lycée, Thomas (comme les héros de ses romans).
   
    D'origine sociale différente, Philippe l'intellectuel et Thomas attaché à la terre, vont connaître une histoire d'amour violente et surtout interdite.
   
    La rupture sèche et brutale se fait au retour de vacances. De toute façon Philippe est celui qui devait partir, étudier ailleurs, vivre autre chose. Thomas lui, reste mais à sa façon.
   
    L'époque n'est pas aux confessions homosexuelles et la société découvre le Sida qui va tuer de nombreux jeunes qui n'aiment pas dans "les normes".
   
    A travers une histoire toute personnelle, l'auteur nous raconte la société des années 80, la vie en province, et la difficulté à assumer et vivre ses choix.
   
    Mais ce qui rend ce livre particulièrement intéressant, outre les thèmes récurrents qui sont chers à l'auteur, comme l'amour, l'abandon, la mort et qui sont décortiqués magistralement, c'est d'avoir la clef, la compréhension de ses romans précédents.
   
    Philippe Besson nous livre aussi l'origine de sa création littéraire, son point de départ et cela pour un lecteur c'est un formidable cadeau.
   
    Il y a beaucoup de sensibilité et d'émotion dans son style comme toujours, les lieux sont décrits intensément, et la beauté des paysages nous émerveille. Il sait distiller le sentiment, le manque amoureux et le message devient universel.
   
    Un très beau roman.
   ↓

critique par Marie de La page déchirée




* * *



Si vous voulez la vérité...
Note :

   Depuis des années, Philippe Besson nous raconte des histoires, imaginant des vies à partir de personnages fugacement rencontrés. Déjà enfant, il s’adonnait à ce qui allait le conduire à devenir écrivain, provoquant la colère de sa mère qui ne cessait de lui dire : "Arrête avec tes mensonges".
   
   Alors, devenu un homme mûr, l’auteur a effectivement décidé d’arrêter avec ses mensonges et de nous livrer un récit autobiographique fascinant. Fascinant car, souvent, la réalité est porteuse de plus de puissance, d’étonnements et de moments improbables que la fiction. Fascinant aussi car ce qui devient une sorte de confession éclaire fortement les dix-huit romans précédents souvent marqués par un être qui vient à manquer, la solitude et l’homosexualité omniprésente.
   
   De son homosexualité, Philippe Besson eut conscience très tôt, dès l’âge de onze ans. Mais c’est à dix-sept ans, en Terminale C, l’année du Bac, qu’elle trouva enfin à s’exprimer. Depuis des semaines, l’élève Besson observait à la dérobée un garçon un peu plus âgé que lui, beau comme un dieu, attirant les filles mais restant toujours solitaire. Un élève en D, filière moins scientifique où étaient recasés les élèves jugés insuffisamment bons pour être préparés aux classes préparatoires. Autant dire, un autre monde, parallèle, impossible.
   
   Jusqu’à ce que celui qui se nommait Thomas Andrieu, un fils de paysan de Charente, prenne l’initiative d’un rendez-vous et, dans la foulée, des premiers émois amoureux et sexuels, décrits sans fausse pudeur mais avec une émotion réelle, bien qu’à vingt-trois ans de distance.
   
   C’est cette première relation amoureuse que nous conte Besson. Elle dura peu de mois mais marqua profondément les deux hommes. Pour l’auteur, elle fut la libération d’une vie, le marquage du passage de l’adolescence inassumée à l’âge adulte, à des désirs de succès au-delà de Bordeaux pour gagner la capitale. Thomas quant à lui s’enferma dans le déni et provoqua une rupture restée inexpliquée. Peur de s’assumer dans une France provinciale aux relents chabroliens.
   
   Il fallut le hasard d’une rencontre dans le hall d’un hôtel, plus de vingt ans plus tard pour que Philippe Besson renoue avec un passé et une histoire qui n’avaient jamais cessé de le hanter au point de peupler, explicitement parfois, son univers littéraire et apprenne enfin, dans d’inimaginables circonstances, le sort funeste de celui qui renonça à lui parce qu’il savait que son amant, trop brillant, devrait partir tandis que lui aurait l’obligation de rester collé à une terre dont il ne parvenait pas à se départir.
   
   Philippe Besson signe ici un de ses plus beaux livres, émouvant, d’une sincérité absolue et qui sonne comme un pardon mutuel envers un amour qui n’a pu, pour toutes les raisons que nous comprendrons, trouver à éclore comme il l’aurait pu ou dû.

critique par Cetalir




* * *