Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Une bobine de fil bleu de Anne Tyler

Anne Tyler
  Le compas de Noé
  Une autre femme
  A la recherche de Caleb
  Une bobine de fil bleu
  Leçons de conduite

Anne Tyler est une écrivaine américaine née en 1941 dans le Minnesota.
Elle a obtenu le Prix Pulitzer en 1989 pour "Leçons de conduite".

Une bobine de fil bleu - Anne Tyler

Histoires de famille
Note :

   Portrait d’une vieille maison de Baltimore et de ses habitants à travers plusieurs générations, une famille trop heureuse pour être vraie. Épicentre du récit, Abby, la femme de Red Whitshank, mère de cinq enfants devenus adultes. Elle excelle à les rassembler tous (et parfois quelques autres invités de passage) autour d’un repas ou d’une conversation. Pourtant, quand commence le récit, si tous les enfants sont de retour à Baltimore, c’est parce qu’Abby les inquiète. Comportements étranges, pertes de mémoire, le cœur de la famille Whitshank semble battre de travers. Même Denny, le fils rebelle, s’en émeut.
   
   Bienvenue dans la famille Whisthank, aucun d'eux n'est célèbre, aucun d'eux ne peut se vanter d'avoir une intelligence hors du commun et physiquement ils n'ont rien d'exceptionnel. mais à l'instar de la plupart des familles, ils se croient uniques ils ont le don de faire comme si tout allait bien, les whisthank sont une famille comme les autres.
   
   Le grand-père, Junior, un homme exécrable et sympathique, bon et méchant a construit à Baltimore, après guerre, la maison tout en bois, où son fils Red et son épouse Abby vivent aujourd'hui. C'est dans cette maison qu'ils ont élevé leurs quatre enfants, Amanda et Jeannie les deux filles, elles ont eu la curieuse idée d'épouser des hommes qui se prénomment Hugh, alors par commodité on dit le "Hugh d'Amanda" et le "Hugh de Jeannie". Denny est un garçon instable, il a abandonné ses études, s'est affranchi de l'autorité de ses parents à qui il donne des nouvelles de manière sporadique. Après avoir annoncé par téléphone à ses parents qu'il est gay, il épouse quelques temps après Clara. Et puis il y a Douglas surnommé Stem arrivé dans la famille à l'âge de deux ans.
   
   Abby, ancienne assistante sociale, habituée à s'occuper des canards boiteux est en train de devenir, elle même, un canard boiteux, elle s'absente, d'une certaine manière, alors même qu'elle est présente. Alors toute la famille se rassemble autour d'elle.
   
   La cohabitation est difficile, les repas familiaux sont parfois tendus et les ressentiments resurgissent. Mais comme les saumons en période de reproduction, toute la famille, comme chaque année depuis 36 ans, remonte jusqu'à la mer et s'installe pour des vacances dans une maison de location.
   
   Une chronique familiale dont le personnage principal est une maison. Une fine analyse d'une famille américaine avec ses secrets, ses jalousies, ses mensonges mais la tendresse voire l'amour ne sont jamais bien loin. Une écriture fluide toute en douceur, remplie d'humour et de mélancolie. Ce roman est un vrai régal car tout sonne juste, Anne Tyler sait parfaitement parler de la famille et des relations entre ses membres.
   
   Beaucoup de mères de famille se reconnaitront dans ce très beau roman. Une histoire simple mais racontée magnifiquement. L’écriture est pétillante, un vrai bonheur.
    ↓

critique par Y. Montmartin




* * *



... déroule le fil de la vie
Note :

   C’est Abby qui a décidé que Red serait l’homme de sa vie, Red quant à lui le savait depuis longtemps.
   
   Ils vivent depuis des années dans la maison qui fut celle des parents de Red. La maison que son père avait construite, qu’il considérait comme l’idéale. Il n'en avait pas été le premier propriétaire mais il était arrivé par ruse à l'obtenir.
   
   Deux filles, toutes deux mariées à un Hugues, Stem en fait Douglass qui a été recueilli par la famille à la mort de son père et Denny, l’inclassable Denny qui est doué pour changer sans arrêt de boulot, quitter la maison et ne plus donner signe de vie, le caractériel de la famille.
   
   Red a repris l’entreprise de construction de son père Junior. L’une de ses filles et Stem y travaillent également.
   
   Abby était assistante sociale et au grand désespoir et honte de ses enfants, elle ramenait les paumés de la terre chez eux. Abby c’est l’empathie incarnée, elle trouve toujours une excuse même à Denny.
   
   Les vacances ensemble au bord de la mer dans une vieille maison mais si pratique. Les enfants qui deviennent parents à leur tour.
   
   Abby qui commence à perdre la tête. Au tour des enfants de prendre soin de leurs parents.
   
   La famille Whitshank se voudrait différente des autres mais elle ne l’est en aucune façon.
   
   "Quant aux enfants d’Abby, ils l’aimaient, naturellement. Même Denny, présumait-on… à sa manière. Mais elle leur faisait terriblement honte. Lorsque leurs amis venaient chez eux par exemple, il lui arrivait d’arriver en trombe dans la pièce où ils se trouvaient pour déclamer un poème quelle venait d’écrire. Elle était capable de retenir le facteur pour expliquer pourquoi elle croyait en la réincarnation"
   

    Au début vous vous demandez ce que ce roman a d’extraordinaire et petit à petit débobinant le fil de la vie de cette famille, vous vous surprenez à sourire. Une famille unie, aimante comme tant d’autres dont le centre se nomme Abby même si elle en exaspère plus d’un de ses enfants.
   
   On retrouve de l’amour, de la tendresse, de la colère également. Les rancœurs d’enfance entre les enfants qui se dévoilent à l’âge adulte mais sans amertume. Une vie qui défile et on en redemande.
   
   Une écriture fluide, très belle écriture de plus et quel apaisement quand on lit cet écrivain! Oui j’en redemande encore.
    ↓

critique par Winnie




* * *



La reine du petit détail
Note :

    Je parle volontairement de ce beau roman juste après Les inséparables, (d'ailleurs je les ai lus d'affilée, juste un court thriller entre deux), car s'il s'agit pour chacun de découvrir plusieurs générations d'une même famille, à l'arrivée, autant l'un ne m'a pas passionnée, autant l'autre est un coup de cœur. Comme quoi...
   
    On pourrait penser, encore une histoire de famille, avec les parents Red et Abby, les quatre enfants, au cours de plusieurs décennies, un retour juste comme ça vers les parents de Red (mais quel récit, et quel meilleur moment pour saisir ce que fut l'Amérique pauvre des années 30) (et l'histoire de la balancelle!). Une famille plutôt comme les autres, avec Denny le fils toujours hors du cercle, Nora la belle-fille toujours calme.
   
    Mais Anne Tyler est vraiment une enchanteresse, la reine du petit détail, elle déroule l'histoire dans l'ordre où elle l'a décidé, vous prend dans ses filets, c'est plein de finesse, de tendresse et d'ironie camouflée, je n'ai pas l'intention d'en dire plus, il faut découvrir ce roman (et Anne Tyler si ce n'est déjà fait)

critique par Keisha




* * *