Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Des cornflakes dans le porridge de Bill Bryson

Bill Bryson
  Shakespeare - Antibiographie
  Une histoire de tout, ou presque...
  Promenons-nous dans les bois
  Motel Blues
  Des cornflakes dans le porridge
  Bill the Kid
  L'été où tout arriva

William "Bill" McGuire Bryson est un écrivain américain né en 1951.

Des cornflakes dans le porridge - Bill Bryson

Discours amoureux à la Grande Bretagne
Note :

   Bill Bryson et toute sa famille sont prêts à repartir aux USA en cette année 1994 mais avant le départ, Bill aimerait refaire le tour de la Grande Bretagne. Et surtout repartir de Douvres, son point d'arrivée lorsque jeune, non encore terminé ses études, il avait atterri en Angleterre. Sa première nuit, il l'avait passée sur un banc face à la mer ayant coiffé sa tête d'un caleçon afin de lutter contre le froid.
   
   Je ne vous ferai pas la liste des villes où Bill Bryson va s'arrêter, ce serait lassant. Je notifierai celles qui furent importantes dans sa vie. Donc notre américain arrive à Douvres. J'avais oublié qu'il a décidé de faire le voyage en train plus particulièrement, même s'il fera quelques entorses en voiture. Donc à Douvres, il retrouve le banc, un peu déglingué où il avait passé la nuit début des années septantes. Et comme de bien entendu, beaucoup de choses ont changé mais bref, direction Londres où il avait travaillé au Times et son plus grand cauchemar se nommait Vince, mangeur de pizza et refusant de donner les derniers cours de la bourse.
   
   En retournant à Virginia Walter, il nous raconte son expérience d'infirmier dans un hôpital de fous. Il était assez pépère car ceux dont il devait s'occuper n'étaient pas dangereux et avaient diverses occupations. Mais bon ils étaient quand même fous. Et c'est là, qu'il fit la connaissance de celle qui devint sa femme. Stupeur, là où se dressait l’hôpital, des maisons ont été construites dont une maison témoin.
   
   De Virginia Walter à Egham, il n'y a qu'une enjambée et retrouver sa belle-mère qu'il adore ainsi que le lit qu'elle a préparé à son intention.
   
   L'étape suivante est Burnemouth, petit rappel de son premier vrai travail en Grande Bretagne à l'Echo car après le mariage, lui et sa femme étaient partis aux USA afin qu'il y termine ses deux années d'études.
   
   Stutland, Oxford, Weston-Super-Mare etc. Arrivé dans le Yorkshire, près de chez lui, ce serait idiot de ne pas dormir dans son lit près de sa famille. Il fera un petit tour de la région avec un ami.
   
   Retour via les trains pour la suite du périple vers le Pays de Galles, l'Ecosse et petit à petit le voyage se termine à son grand désarroi. Entre les deux, il fera une randonnée qui le mènera sur un mont avec des amis où suprise, il n'y a que les anglais pour monter dans la brume et piqueniquer tout là haut..
   
   Ce qui est génial dans les livres de Bill Bryson c'est avant tout son humour bien entendu mais également son approche de chaque lieu, il vous narre l'histoire du village ou de la ville, les personnages les plus importants qui y sont nés et pour couronner le tout, il observe tellement bien les gens dans leurs travers que dans leur bonté qu'on en redemande.
   
   Bien sur que la Grande Bretagne a changé. Beaucoup de villes qui avaient été bâties à l'ère victorienne selon la modernité changent radicalement : les belles bâtisses sont démolies au profit d'immeubles hideux bien souvent. On retrouve les mêmes enseignes de magasin dans chaque ville, vive la mondialisation mais tout n'est pas à jeter car Bill Bryson vous criera "allez à Durham" il en est tombé amoureux.
   
   Les voyages en train sont épiques avec des gares fermées quand il y arrive, un bus dont l'horaire ne correspond pas avec celui du train qu'il doit prendre, des admirateurs de locomotives. L'homme furieux car il se tient à sa place sur le bord du quai... Les voyages en train dans toute leur splendeur...
   
   En conclusion, Bill Bryson adresse un grand discours amoureux à la Grande Bretagne car il aime par dessus tout ce pays même si certains prétendent que ce sont eux les Anglais qui ont inventé le cornflakes.
   
   Petit détail, ne lui parlez pas de Béatrix Potter !
   
   Une belle vision de ce que fut la Grande Bretagne et ce qu'elle est devenue, elle dont les habitants ne sont comparables à aucune autre nation.
   
   Si vous avez le moral plus bas que le zénith, lisez Bill Bryson antidote à toute tristesse

critique par Winnie




* * *