Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La grande panne de Hadrien Klent

Hadrien Klent
  La grande panne

La grande panne - Hadrien Klent

La petite maison d'édition qui monte, qui monte
Note :

    Pour moi le Tripode c'est Minaudier et Kiviräkh et Marie Redonnet (et Jacques Abeille et ses jardins statuaires, faudrait bien que je reprenne tout ça), autant dire que lorsque ce livre s'est matérialisé sans crier gare dans ma boîte aux lettres, j'étais plutôt contente (ne pas croire que ça arrive si souvent, je ne croule pas sous les envois - et c'est tant mieux). Bref.
   
    La feuille de présentation jointe annonçait "Vous avez aimé Quai d'Orsay, vous aimerez La grande panne" et juste juste les jours d'avant j'avais emprunté les deux tomes de Quai d'Orsay à la bibli! Coïncidence ou quoi?
   
    De plus l'éditeur annonce comme programme "Littératures Arts Ovnis", alors que demander de plus?
   
   Bon, alors, l'histoire?
    Que ferait-on sans électricité? Même pour quelques jours?
    Une explosion suspecte dans une mine abandonnée au fin fond de la campagne italienne, et s'ensuit un nuage de particules s'enflammant au contact des lignes électriques et une coupure (voulue) de l'électricité en Italie.
    Seulement voilà, ce nuage, (contrairement à celui de Tchernobyl), va bientôt passer la frontière française, (pour l'instant l'anticyclone veille au grain mais ça ne va pas durer), et les autorités annoncent une coupure nationale. La grande panne, mais programmée pour tel instant, et - normalement- pour quelques jours seulement.
    Au sommet de l'état, ça s'agite pas mal, là j'ai bien vu l'ambiance Quai d'Orsay, et c'est fort réjouissant. Surtout que ce petit monde décide de s'installer sur l'île de Sein, haut lieu de réponse positive à l'appel de juin 40. On se tire un peu dans les pattes, on critique.
   
    Par ailleurs l'on retrouve un trio s'étant connu sur les bancs du lycée, dont un révolutionnaire désirant profiter de la grande panne pour lancer une nouvelle Commune (mais il est fliqué depuis longtemps).
   
    Presque tout le roman se focalise sur l'île de Sein, mais l'on a quelques aperçus de la situation sur le continent grâce à des articles de journaux.
   
    Le roman se dévore vite, avec son alternance de chapitres assez courts dévoilant petit à petit l'histoire; j'ai aimé le côté puzzle, les pièces (et les personnages) s'imbriquant petit à petit. Bon rythme, donc. Les personnages sont crédibles et quelques petits rappels historiques ou géographiques (île de Sein, la commune) sont bienvenus. On est pas mal dans le jubilatoire. Après, pour classer ce roman, c'est plus coton. Anticipation? Mieux vaut s'en régaler sans le placer dans une case.

critique par Keisha




* * *