Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les vies multiples d'Amory Clay de William Boyd

William Boyd
  Le destin de Nathalie X
  La femme sur la plage avec un chien
  Un Anglais sous les tropiques
  A livre ouvert
  La vie aux aguets
  Armadillo
  L'après-midi bleu
  Orages ordinaires
  Solo
  L'Attente de l'Aube
  Les vies multiples d'Amory Clay
  Brazzaville plage
  Nat Tate

William Andrew Murray Boyd est un écrivain britannique né en 1952 au Ghana.

Les vies multiples d'Amory Clay - William Boyd

517 pages plaisantes
Note :

   Qu’on se le dise tout de suite Amory Clay est un personnage de fiction malgré les photos qui jalonnent ce roman. En 1997, c’est une femme âgée qui se penche sur ses souvenirs et sa vie.
   
    Contaminée très jeune par le virus de la photographie, il s’agit d’une jeune fille qui veut en faire son métier. Mais en Angleterre et dans les années 20, ce n’est pas courant. Elle débute néanmoins par des portraits avec son oncle mais Amory attend autre chose de plus palpitant. Et dans les années 30, là voilà à Berlin presque sans le sou où elle entreprend de photographier ce qui se passe dans les maisons de passe. De retour à Londres, son exposition fait scandale mais sa carrière est lancée.
   Et il s’agit d’une femme libre, déterminée. De l’Angleterre aux Etats- Unis, de la France au Vietnam, elle sera là à immortaliser par ses clichés l’Histoire et ses guerres. Une femme aux nombreuses conquêtes qui n’a pas peur d’avouer ses erreurs. On est loin de l’héroïne "parfaite" ou lisse, et c’est ce qui la rend attachante. Toujours aller de l’avant aurait pu être son credo.
   
   William Boyd nous livre le portait d’une femme pionnière pour son époque : photographe, reporter de guerre et passionnée. Une lecture un peu trop romanesque à mon goût où de nombreux passages sont assez prévisibles mais qui est agréable à lire. Un roman qui rend néanmoins un bel hommage à toutes ces femmes photographes.

critique par Clara et les mots




* * *