Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Crocodile de Fedor Michaïlovich Dostoievski

Fedor Michaïlovich Dostoievski
  Un cœur faible
  Monsieur Prokhartchine
  Crime et Châtiment
  Le joueur
  Les nuits blanches
  Le petit héros
  Le rêve d'un homme ridicule
  Le Double
  L'idiot
  Les Pauvres Gens
  Le sous-sol ou Les Carnets du sous-sol
  Souvenirs de la maison des morts
  Le Moujik Mareï - Le Garçon à la menotte
  Le Crocodile

Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski (Фёдор Михайлович Достоевский) est un écrivain russe, né à Moscou en 1821 et mort à Saint-Pétersbourg en 1881.


Ils ont écrit sur lui:

Joseph Frank
George Steiner

Le Crocodile - Fedor Michaïlovich Dostoievski

80 pages passablement absurdes
Note :

   Le Crocodile est une nouvelle dont le narrateur est un fonctionnaire nommé Sémione Sémionytch.
   
   Un Allemand a acquis un crocodile vivant et il l’expose dans le Passage, l’une des galeries marchandes de Saint-Petersbourg. Un jour, Ivan Matvéitch, collègue de Sémione Sémionytch, se promène dans le Passage en compagnie de son épouse, en vue d’aller découvrir le crocodile. L’épouse, Elena Ivanovna, se montre déçue, alors que son mari s’enthousiasme à la vue du crocodile.
   
   Ivan Matvéitch cherche à exciter quelque peu le crocodile, et bien mal lui en prit puisque le crocodile l’avale d’un seul coup. Le pauvre Ivan se retrouve donc prisonnier dans le corps du crocodile.
   
   L’épouse souhaite que l’on ouvre le crocodile, mais son propriétaire s’y oppose farouchement. Curieusement, Ivan Matvéitch, bien vivant dans l’estomac du reptile et toujours en mesure de discuter avec ses compagnons semble s’adapter à son sort. Il refuse même la proposition de son épouse qui nécessiterait une forte indemnisation du propriétaire de la bête.
   
   Finalement très satisfait d’être "hébergé" par le crocodile, il envisage même d’y accueillir un compagnon.
   
   Ainsi, Dostoïevski, dont ce n’était guère l’habitude dans ses grands romans, mène sa nouvelle vers un registre totalement absurde qui le rapprocherait de Gogol.

critique par Jean Prévost




* * *