Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 10 ans: Le mystère de la nuit des pierres de Evelyne Brisou-Pellen

Evelyne Brisou-Pellen
  Dès 10 ans: Le mystère de la nuit des pierres
  Dès 10 ans: L’inconnu du donjon
  Dès 09 ans: John et le royaume d'en bas

Dès 10 ans: Le mystère de la nuit des pierres - Evelyne Brisou-Pellen

Bretagne de légendes
Note :

   Thèmes : Aventures, Bretagne, Légendes
   
   Quatrième de couverture :
   "Son nom signifie "rien". Abandonné par sa mère, Netra se croit pendant longtemps le fils de la chienne qui lui a sauvé la vie. A dix ans, il est recueilli par Neposus, un vieux magicien qui vit loin de tout, dans une vallée masquée par la brume. Là, Netra mène une vie paisible, jusqu'au jour où le magicien se voit obligé de lui confier une dangereuse mission : récupérer Antoerus, un précieux grimoire, avant qu'un cruel sorcier ne s'en empare. Netra va alors redescendre de la montagne pour s'enfoncer dans une Bretagne hantée par les korrigans, les meneurs de loups et les fées... "
   

   "Le mystère de la nuit des pierres" est une réédition et je dois avouer que la mystérieuse et captivante couverture aux jolis tons de bleu nuit/ violet m'a beaucoup attirée. Ce roman pour enfants nous plonge dans une Bretagne mythique faite de légendes et de magie. On y croise ainsi les korrigans, les loups-garous, les fées, l'Ankou et tout le folklore imaginaire de cette région. On se prend d'affection pour le héros central du livre à savoir Netra, abandonné par ses parents, recueilli par un géant et qui va être élevé par le sage magicien Neposus. Il lui apprend la sagesse, l'éducation, la philosophie. Bientôt il va partir pour une quête épique et initiatique, à la rencontre des créatures légendaires. Dans une ambiance brillamment réussie, entourée de superstitions et de menhirs, le jeune héros, va apprendre que l'essentiel n'est pas de savoir qui l'on est, mais l'importance de nos choix et de nos actes...

critique par Laël




* * *