Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les deux coups de minuit de Samuel Sutra

Samuel Sutra
  Kind of black
  Le bazar et la nécessité
  La bonne, la brute et la truande
  Akhänguetnö et sa bande
  La mort dans les veines
  Les deux coups de minuit

Samuel Sutra est un auteur français né en 1974.

Les deux coups de minuit - Samuel Sutra

Tonton passe aux heurts divers
Note :

   Mis sur un coup facile et lucratif par sa bonne -la bonniche, hein, parce que Donatienne, elle est pas vraiment bonne adjectivement parlant- Donatienne, ex-baronne reconvertie dans l'alcoolisme à (très) haute dose et par le baron Edouard de Gayrlasse, ex de Donatienne en grosse difficulté financière, Tonton se rend donc avec son équipe de bras cassés au Royal Monceau, court-circuiter une vente d'armes entre Salvadoriens et ramasser un demi-million d'euros. Le coup réussit presque sans anicroche, et la belle équipe le fête comme il se doit en la demeure de Tonton. Lorsqu'ils émergent de leur comas éthylique, cette dite-demeure est dévastée, retournée de fond en comble, le pognon évaporé. Tonton se serait-il fait doubler ? Qui est l'inconscient qui a osé ?
   
   Ah les aventures de Tonton, c'est tout un poème ! J'en suis à 4 (1, 2, 3, et 4 celui que je chronique aujourd'hui) et à chaque fois, je plonge, je me régale, je me réjouis et je rigole au point d'inquiéter pléonastiquement mes voisins proches, ceux qui ne me connaissent pas, mais ceux qui me côtoient habituellement itou. Parce que les aventures de Tonton, c'est avant tout un langage, une écriture entre Frédéric Dard et Alphonse Boudard mâtinée de beaucoup d'Audiard. Un pur plaisir donc. On voit et on entend les protagonistes parler et mimiquer. Par exemple, lorsque suite à son réveil difficile Tonton n'a passé qu'une nuisette qui ne cache pas grand chose de son bazar et que Gérard son second lui demande de s'habiller :
   "Disons que depuis tout à l'heure, tu te balades à moitié à poil sans que ça ait l'air de te gêner. Je sais que t'es chez toi, je conteste pas, mais te balader en nuisette avec le matos en vitrine, j'suis désolé, je te le dis comme je le pense, je trouve que ça fait pute ! (...) ... passé un certain âge, les hommes mêmes jeunes ont tendance à se trimballer avec les sacoches au niveau des genoux. C'est la nature, la gravitude a besoin d'attirer les trucs lourds au niveau du plancher et vu leur calibre, tes balloches font partie du lot." (p63/64)
   

   Il y a bien aussi ce chapitre très osé que je ne dévoilerai par aucune citation, disons succinctement qu'un homme et une femme se retrouvent inopinément -si si j'ose- seuls dans une chambre et que la suite est très prometteuse et surtout particulièrement drôle à condition de ne point trop visualiser, sous peine de malaise.
   
   L'intrigue se tient, Tonton est momentanément dépassé, et contre toute attente tant ses acolytes sont habituellement défaillants et pour certains très cons, bien secondé. Il lui faudra néanmoins subir quelques sarcasmes et passer outre une certaine honte à s'être fait blouser si aisément pour mener à bien sa contre attaque. Je vous le dis depuis que j'ai débuté la série de Samuel Sutra, Tonton, c'est le meilleur. Le cador des malfrats. Et l'auteur a toute mon estime et mon admiration pour avoir su le créer de cette manière si enlevée et drôle mais aussi pour savoir le faire durer avec autant de bonheur. Et Nathalie l'éditrice, la cheffe de Flamant noir -j'ai ouï dire que certains des romanciers qu'elle publie l'appelait la taulière- a toute ma sympathie pour son flair dans le choix de ses auteurs et parce qu'elle réédite toutes les aventures de Tonton : Les deux coups de minuit est une nouveauté, mais les deux premiers tomes sont à paraître. J'ai hâte.
   
   Vous ne savez pas quoi lire sur la plage ou à la montagne ou à la campagne ou à la maison ou ailleurs ? Lisez Les aventures de Tonton. Toutes, vous verrez, on ne s'en lasse pas. Au contraire. Pour moi, c'est coup de cœur à tous les coups.

critique par Yv




* * *