Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Feux du Bengale de Amitav Ghosh

Amitav Ghosh
  Un océan de pavots
  Les Feux du Bengale
  Lignes d’ombre
  Le chromosome de Calcutta
  Compte à rebours
  Le Palais des miroirs
  Le Pays des marées
  Un fleuve de fumée
  Un infidèle en Egypte

AUTEUR DES MOIS DE DECEMBRE 2016 & JANVIER 2017

Amitav Ghosh est un écrivain indien né en 1956 à Calcutta, au Bengale.

Il a passé son enfance au Bangladesh, en Iran, en Inde et au Sri Lanka.

Il a obtenu une maîtrise d'histoire à l'université de Delhi, suivie d'un doctorat en anthropologie à Oxford et il a enseigné à l'université de Delhi et aux Etats-Unis.

Il vit maintenant à New York.

En 1990, il a reçu le prix Médicis étranger pour « Les Feux du Bengale » .

Les Feux du Bengale - Amitav Ghosh

Il y a du Salman Rushdie dans cet Amitav Ghosh
Note :

   Titre original : The Circle of Reason
   
   Prix Médicis étranger
   
   Oui, il y a du Salman Rushdie dans ce roman d’Amitav Ghosh, assez différent d’autres lus tels "Lignes d’ombre" ou "Le pays des marées", plus narratifs, moins oniriques. Onirique, "les feux du Bengale" ? Pas à proprement parler, mais bien loin de la ligne claire de la narration du "pays des marées". Pas exactement onirique mais à la frange, à la marge. Ça m’a vraiment évoqué le Salman Rushdie de "Shalimar le clown" ou "Furie". Et puis ça m’a évoqué aussi du John Irving première manière, genre "L’œuvre de Dieu, la part du Diable" ou "L’épopée du buveur d’eau".
   En tout cas, c’est étonnant comme "Les feux du Bengale" est différent des autres ouvrages d’Amitav Ghosh lus...
   
   De quoi s’agit-il ? Tout part du Bengale, l’Etat indien d’où est originaire Amitav Ghosh, à l’extrême est de l’Inde. Le fil rouge sera un être un peu "hors-de-l’ordinaire", Alu, un orphelin originaire du Kerala, recueilli et élevé par son oncle, Balaram et Toru-debi, sa femme, au Bengale.
   Alu, déjà, n’est pas banal. Sa tête présente des particularités qui vont rendre l’attachement de Balaram pour lui plus fort encore :
   "… lorsque enfin l’enfant [Alu] lui fit assez confiance pour lui laisser passer les doigts sur son crâne pour la première fois, il sut immédiatement qu’il y avait là assez de matériel pour une vie entière d’étude.
   Tout d’abord, Balaram dut se l’avouer, il fut déconcerté. La tête de l’enfant le dérouta totalement et pour des raisons très inhabituelles. La plupart des têtes étaient surprenantes parce qu’elles étaient trop lisses... /…
   Sa tête offrait une profusion de bosses, de nœuds et de creux, chacun plus agressivement prononcé que l’autre, semés avec un mépris absolu des lois de la phrénologie."
   

   Phrénologie ? Ques aco ? Phrénologie : "théorie selon laquelle les bosses du crâne d’un individu reflètent son caractère". Et ?
   
   Et Balaram, voyez-vous cela, est un phrénologue amateur convaincu. Très convaincu. Mais il est aussi complètement toqué de... Pasteur (oui, Louis Pasteur) et de l’hygiène selon Pasteur (et il faut reconnaître qu’en Inde il dispose d’un champ d’expérimentation infini !). Balaram, vous l’aurez compris, n’est pas un personnage simple.
   
   Mais Alu, outre les "nœuds et les bosses" sur son crâne n’est pas mal non plus. Il se révèle un tisserand de génie et un individu singulièrement déterminé.
   
   Et c’est à travers la vie d’Alu que nous allons allègrement sauter d’un pays, d’un continent, à l’autre ; du Bengale en Inde au Kerala, à l’extrême sud de l’Inde, à un pays du Golfe Persique non défini gros producteur de pétrole (et gros consommateur de main d’œuvre indienne ou népalaise exploitée) type Quatar ou assimilé, à l’Egypte, au Maroc, et ça continuera vers l’Europe, l’Allemagne...
   
   C’est foisonnant, très bien écrit et très évocateur des réalités de ces différents pays. Et quelle surprise de trouver Louis Pasteur mis sur un piédestal, déifié, au pays des "milliers de Dieux" !
   
   L’occasion aussi d’effleurer les thèmes des relations inter – castes en Inde, la corruption quasi institutionnalisée, l’exil professionnel dans les pays du Golfe Persique et le statut de quasi esclave...
   
   Un roman étonnant.

critique par Tistou




* * *