Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le rouge vif de la rhubarbe de Audur Ava Olafsdottir

Audur Ava Olafsdottir
  Rosa Candida
  L'embellie
  L' Exception
  Le rouge vif de la rhubarbe
  Ör

Née à Reykjavik en 1958, Audur Ava Olafsdottir a étudié l’histoire de l’art à Paris et enseigné cette matière à l’Université d’Islande. Aujourd’hui elle en dirige le musée. Conférencière et organisatrice d’expositions, elle écrit depuis 1998.

Le rouge vif de la rhubarbe - Audur Ava Olafsdottir

Les défauts d'un premier roman
Note :

   Agustina est une jeune adolescente infirme ; elle dépasse son handicap (des jambes mortes liées à une naissance mouvementée) grâce à sa dextérité avec les béquilles et sa vivacité d'esprit. Décidée à gravir une montagne, elle doit son équilibre à son environnement bienveillant : sa nourrice Nina (une maman de remplacement pendant que la biologique, chercheuse et voyageuse dans l'âme, narre ses exploits au moyen de lettres), le bricoleur Vermundur et l'amoureux Salomon.
   
   Dans "Le rouge vif de la rhubarbe", on retrouve le plaisir d'Audur Ava Olafsdottir à décrire les instants précieux du quotidien (le test du chant), les coutumes locales (les confitures de rhubarbe impossibles à consommer), ceux qui façonnent et rythment une vie.
   
   Il y a toujours cette belle écriture, des héros attachants, de belles descriptions et des confidences qui évacuent tout secret stérile et propice à la confusion. Bien que brinquebalante, Agustina est un personnage très stable affectivement et humainement : une héroïne sereine.
   
   J'ai lu avec plaisir cette première œuvre, éditée en France bien après les autres romans d'Audur Ava Olafsdottir mais je reconnais avoir ressenti un certain ennui en raison de la langueur et l'absence de péripéties. J'ai apprécié la lecture mais voilà, il m'en faut plus pour m'évader et me bousculer (je deviens exigeante avec cette auteure dont j'affectionne l’œuvre et la splendide prose).
    ↓

critique par Philisine Cave




* * *



Les jambes de coton
Note :

   Dépaysement total pour moi dans ce roman de Audur Ava Olafsdottir : Le rouge vif de la rhubarbe qui raconte l’histoire d’une adolescente, Agustina, sur une petite île islandaise. La fillette dont le père est parti avant sa naissance est confiée à la vieille Nina. Elle reçoit régulièrement des lettres de sa mère qui étudie les oiseaux à l’autre bout du monde.
   
   Le cadre constitue un lieu à part, très beau mais assez inhospitalier puisque aucun arbre n’y pousse sauf la rhubarbe sauvage qui y abonde et se révèle être "la principale forêt du village". Sa couleur rouge donne le titre au roman et sa couleur au paysage. C’est un îlot battu par les vents, les embruns et le sel, avec sa plage de sable noir et son village accroché à la pente d’une montagne qui culmine à 844 mètres! C’est cette montagne que la jeune Agustina, quatorze ans, rêve de franchir. Ce qui constitue un défi pour la jeune fille dont les jambes sont paralysées mais qui se déplace sur ses béquilles avec une dextérité courageuse, cherchant à se dépasser malgré ses "jambes de coton".
   
   Le rouge vif de la rhubarbe est roman d’apprentissage. Agustina va à l’école, elle subit les moqueries des camarades, mais rencontre aussi un garçon, Salomon, qui l’apprécie et se montre gentil avec elle. Sa mère lui manque et elle espère pouvoir la rejoindre un jour. Elle est proche de la nature dans laquelle elle se réfugie souvent.
   
   Mais les difficultés de la jeune fille qui rêve d'avoir des jambes font d’elle "une sirène", un personnage à part, introverti, réfléchi. La nature sauvage qui l’entoure joue un grand rôle dans la formation de son caractère. Tout ceci donne une poésie, une étrangeté et un charme particulier au roman.

critique par Claudialucia




* * *