Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Chronique de la dérive douce de Dany Laferrière

Dany Laferrière
  L'énigme du retour
  Le pays sans chapeau
  Je suis un écrivain japonais
  L'odeur du café
  Le charme des après-midi sans fin
  Chronique de la dérive douce

Dany Laferrière (de son vrai nom Windsor Klébert Laferrière) est écrivain et scénariste haïtien né à Port-au-Prince en 1953 et vivant à Montréal.
Il a été élu à l'Académie française en décembre 2013.

Chronique de la dérive douce - Dany Laferrière

Ma condition d’étranger
Note :

   Que peut bien ressentir une jeune homme de 23 ans arrivant de Haiti à Montréal ? Ses amis, sa famille, tous sont restés à Port au Prince. Seul dans cette grande ville en 1976, il doit apprendre.
   
   C’est sous forme de chroniques que Dany Laferrière nous décrit la nouvelle vie de ce jeune homme. Les chambres glauques, la solitude, la découverte d’une autre société, la faim, le manque d’argent, la pluie, la neige, le travail en usine, l’alcool mais surtout les livres, les filles et une petite souris.
   
   Que va t-il faire de sa vie après cette année qui s'est déroulée ? Il achète une Remingtom et décide de devenir écrivain.
   
   J’ai mis du temps à ouvrir ces chroniques et c’est tout simplement génial. On y croise, le désespoir, l’humour, la poésie, la vie d’un homme exilé . On se régale.
   
   "Je ne serai pas d’ici tant
   que je n’aurai pas connu
   les quatre saisons. Ce
   passé, que j’ignore, est si récent qu’il talonne
   encore le présent.
   Et se mêle parfois à la
   conversation. Quand
   cela arrive, je retrouve
   instantanément ma
   condition d’étranger;"

    ↓

critique par Winnie




* * *



221 pages attachantes !
Note :

   En 1976, Dany Laferrière fuit Haïti et sa dictature. Agé de 23 ans, il arrive à Montréal. Sous forme de sonnets, il nous raconte l'exil et son entrée dans une nouvelle vie.
   
   "J'ai vingt-trois ans aujourd'hui
   et je ne demande rien à la vie,
   sinon qu'elle fasse son boulot.
   J'ai quitté Port-au-Prince parce
   qu'un de mes amis a été trouvé
   sur une plage la tête fracassée
   et qu'un autre croupit dans une
   cellule souterraine. Nous sommes
   tous les trois nés la même année, 1953.
   Bilan : un mort, un en prison
   et le dernier en fuite."
   

   De cet auteur, je n'ai lu que "Le charme des après-midi sans fin" et "Tout bouge autour de moi". Avec ce livre, je découvre une nouvelle facette de l'écriture de Dany Laferrière. Cet exil à Montréal a façonné l'homme et l'auteur. Il connaît à son arrivée la soupe populaire avant de trouver un travail à l'usine.
   
   A Montréal, il trouve la solidarité entre immigrants mais il y a également la peur, la pauvreté.
   
    L'alcool, les femmes et la littérature l'aident à affronter tous ces changements.
   
   Avec un regard franc et audacieux, ce roman initiatique m'a rappelé par le fond et la forme "l'amour est un chien de l'enfer" de Charles Bukowsky. Ici, le ton est différent mais il y a cette même volonté d'aboutir à son rêve. Celui de venir écrivain.
   
   "Ce n'est pas toujours simple
   pour celui qui vient d'un pays d'été
   où tout le monde est noir
   de se réveiller dans un pays d'hiver
   où tout le monde est blanc.
   Certains jours, on ne voit les choses
   qu'en noir et blanc."
   

   J'aime la sincérité de cet auteur ! Et j'ai été particulièrement touchée par ces textes non dénués de poésie et d'humour.

critique par Clara et les mots




* * *