Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le bébé de Marie Darrieussecq

Marie Darrieussecq
  Il faut beaucoup aimer les hommes
  Etre ici est une splendeur
  Le bébé
  Notre vie dans les forêts

Marie Darrieussecq est une écrivaine et psychanalyste française née en 1969.

Le bébé - Marie Darrieussecq

188 pages dévorées d'une traite
Note :

   "Le nourrisson est anxiogène, le nourrisson est pathétique: comme le grand malade, il faut s'efforcer de le soulager, de l'aider, de le comprendre. Il devient le bébé quand son regard se fixe, quand il cherche le monde sous le voile."
   

   Voici un projet intéressant : rendre compte à la fois de l'émerveillement toujours recommencé et toujours nouveau devant le bébé qui est le sien car "le bébé m'a rendue sentimentale", l'observer en train de se transformer et de transformer son entourage, le tout avec une grande sincérité et une grande pudeur tout à la fois ; mais aussi "Dire le non-dit: l'écriture est ce projet. à mi-distance entre dire et ne pas dire, il y a le cliché, qui énonce malgré l'usure, une part de réalité. Le bébé me rend à une forme d’amitié avec les lieux communs, m'en rend curieuse, me les fait soulever comme des pierres pour voir, par dessous, courir les vérités."
   

   Se coltiner avec les clichés donc mais aussi écrire d'une "manière structurée par sa propre contrainte. Les appels du bébé découpent ces pages, d'astérisque en astérisque."
   
   Mi-roman, mi-essai, ce texte de Marie Darrieussescq est constitué d'observations fines ne tombant jamais dans la mièvrerie, révélant ce qui est souvent tu, sans honte ni forfanterie, par pur besoin d'observation. Un texte lumineux et enthousiasmant, même pour celles et ceux (comme moi) qui ne extasient pas forcément devant les bébés.
   
   Lu dans la foulée de la biographie de Paula M. Becker* où Marie Darrieussecq écrit : " En 2001, j'avais écrit Le Bébé en cherchant à lutter contre les clichés, contre le "qu'est ce qu'une mère ? " Quand le livre est paru, j'ai compris que certains hommes ne peuvent pas prendre au sérieux la maternité. La mère et le bébé, le vrai de cette expérience première et banale: si la mère n'est pas représentée comme une madone (Vierge à l'Enfant) ou comme une putain (Vénus et Cupidon), ils ne savent pas où se mettre."
   

   * "Etre ici est une splendeur"

critique par Cathulu




* * *