Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

The Verb of Life de Michel Honaker

Michel Honaker
  Dès 08 ans: La Sorcière de Midi
  Ados: Terre Noire - Tome 1: Les exilés du Tsar
  The Verb of Life
  Ados: Estéban du désert rouge

The Verb of Life - Michel Honaker

Si, c'est en français
Note :

   Ce roman de Michel Honaker s'inscrit directement dans la lignée des ouvrages dans lesquels le fantastiques, la fantasmagorie, le surnaturel, la magie, la sorcellerie, la démonologie les références aux textes anciens, aux formules cabalistiques prennent une place plus que prépondérante. La lutte éternelle du Bien contre le Mal, la dualité entre la Vie et la Mort.
   
   Aussi l'inclure dans une collection qui à l'origine était dédiée à la Science fiction et à l'Anticipation, comme son nom l'indique, est un peu une hérésie. Mais il n'existe plus de collection spécifique au fantastique, depuis la disparition de la collection Angoisse, et il serait peut-être judicieux de créer une collection à part pour ce qui se promet d'être une série. Bon, ne boudons pas notre plaisir, mais ce procédé risque de perturber le lecteur qui se fiant à un genre se trouve en face d'un autre.
   
   Deux jeunes assistent impuissants au réveil, à la délivrance dans une synagogue désaffectée d'un être mi-homme. Un fabricant de poupées et d'automates voit se liguer contre lui ses propres créations. Des jouets animés de vie, des homoncules habités d'une rage meurtrière.
   
   Ebenezer Graimes, dit Le Commandeur, dont on a fait la connaissance dans Bronx Cérémonial pour ceux qui ont eu le plaisir de le lire, entre deux cours de démonologie dans une université new-yorkaise, aura bien du mal à remettre de l'ordre dans le quartier de Loisada, un quartier juif de New-York.
   
   Et ce n'est pas fini : d'autres aventures pleines de fureur, d'incantations magiques, de combats et de sorcellerie sont prévues dans les prochains mois. Ce deuxième volet consacré aux aventures du Commandeur est plus enlevé, plus envoutant que le précédent, moins accrocheur, moins racoleur aussi. Ce qui prouve que l'histoire se suffit à elle-même et qu'il n'est pas besoin d'employer des artifices éculés pour capter l'attention et captiver le lecteur.

critique par Oncle Paul




* * *