Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ferdydurke de Witold Gombrowicz

Witold Gombrowicz
  Cosmos
  La Pornographie
  Le festin chez la comtesse Fritouille & autres nouvelles
  Trans-Atlantique
  Ferdydurke
  Les Envoûtés

Witold Gombrowicz est un écrivain polonais né à Małoszyce, (en Pologne alors russe) en 1904, et mort en France en 1969.

Ferdydurke - Witold Gombrowicz

La gueule et le cucul
Note :

   "Ferdydurke", le premier roman écrit par Witold Gombrowicz, donne tout de suite le ton de l’œuvre à naître de son auteur : il s’agît notamment de tourner en dérision certaines attitudes humaines, à l’occasion de la description d’une forme exemplaire de lutte des classes à l’intérieur des milieux ruraux de la Pologne.
   
   Dans ce roman, Gombrowicz introduit deux concepts qui deviennent fondamentaux pour lui : la gueule et le cucul.
   
   La gueule désigne l’image que les individus veulent donner d’eux-mêmes, le plus souvent de façon mensongère.
   
   Le cucul est le complément de la gueule. L’expression désigne la propension des individus à demeurer dans l’immaturité tout au long de leur existence.
   
   En s’appuyant sur ces deux concepts forgés pour les besoins de sa narration, Gombrowicz décrit les misères de la paysannerie de son pays, et sa tendance à tomber dans le déclin et la déliquescence.
   
   Les ouvriers agricoles et les domestiques sont maltraités. Les maîtres sont inconséquents et deviennent généralement autoritaires sans motifs précis.
   
   Tout au long d’une rédaction riche de toutes sortes d’inventions de langage, l’auteur dresse un tableau assez accablant des malheurs du monde agricole dans les campagnes de son pays.
   
   L’inventivité de la narration rend cette œuvre particulièrement séduisante aux amateurs d’un langage neuf.
   
   
   " Je suis l'auteur de la "gueule" et du "cucul" - c'est sous le signe de ces deux puissants mythes que j'ai fait mon entrée dans la littérature polonaise. Mais que signifie "faire une gueule" à quelqu'un ou "encuculer" quelqu'un ; "Faire une gueule" à un homme, c'est l'affubler d'un autre visage que le sien, le déformer... Et "l'encuculement" est un procédé similaire, à cette différence près qu'il consiste à traiter un adulte comme un enfant, à l'infantiliser. Comme vous le voyez, ces deux métaphores sont relatives à l'acte de déformation que commet un homme sur un autre. Et si j'occupe dans la littérature une place à part, c'est sans doute essentiellement parce que j'ai mis en évidence l'extraordinaire importance de la forme dans la vie tant sociale que personnelle de l'être humain. "L'homme crée l'homme" - tel était mon point de départ en psychologie. "

critique par Jean Prévost




* * *