Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Don Juan - raconté par lui-même de Peter Handke

Peter Handke
  Le Malheur indifférent
  Histoire d’enfant
  Le Colporteur
  L'angoisse du gardien de but au moment du pénalty
  Les gens déraisonnables sont en voie de disparition
  La femme gauchère
  La leçon de la Sainte-Victoire
  Par les villages
  Essai sur la fatigue
  Essai sur la journée réussie
  Par une nuit obscure je sortis de ma maison tranquille
  La Perte de l'image ou Par la Sierra de Gredos
  Don Juan - raconté par lui-même
  Kali - Une histoire d'avant-hiver
  Les Beaux Jours d'Aranjuez - un dialogue d'été
  Toujours la tempête
  Souterrain blues - Un drame en vingt stations
  La Grande Chute

AUTEUR DES MOIS D'OCTOBRE & NOVEMBRE 2016

Peter Handke est un écrivain autrichien né en Carinthie en 1942.

Il est le fils d'une cuisinière d'origine slovène et d'un soldat allemand. Il n'a pas connu son père et doit son nom à son beau-père, allemand également.

Il s’intéresse à la littérature dès son jeune âge et publie ses premiers textes dans le journal du lycée.

Il opte pour une écriture expérimentale et l'avant-gardisme.[

Le Prix Ibsen lui a été décerné en 2014 pour son « œuvre hors pair, dans sa beauté formelle et sa réflexion brillante».

Don Juan - raconté par lui-même - Peter Handke

Le mythe revisité
Note :

   L'opéra et le théâtre ont souvent repris le personnage de Don Juan, plus rarement le roman. Peter Handke n'a pas reculé devant ce mythe et il en donne une version courte où le personnage voit sa dimension légendaire quelque peu malmenée.
   
   Un jour, poursuivi par un couple à moto, Don Juan surgit dans le jardin d'un aubergiste sans client, proche de Port-Royal des Champs, en Ile-de-France. L'aubergiste, à la fois ravi et patient, jour après jour, écoute don Juan lui raconter sa dernière semaine d'aventures — d'où le titre. La série commence à Tiflis en Géorgie où Don Juan séduit par son seul regard la mariée des noces où son chauffeur et valet l'a conduit. L'inconduite du valet les oblige à fuir. Cet épisode est le plus développé et le plus cocasse.
   
   Le lendemain à Damas Don Juan rencontre une femme à une représentation des derviches tourneurs. Toujours l'effet de son regard qui fait que les femmes viennent vers lui, sans qu'il fasse rien de plus ! D'autres lieux se succèdent à un rythme accéléré dans le récit d'aventures de moins en moins précisées. "De la femme de Norvège, ensuite, pour Don Juan il n'y avait pas grand chose à raconter…" Enfin, un pays anonyme : "Il ne savait même pas comment il y était arrivé".
   
   À chaque épisode la narration raccourcit, s'appauvrit jusqu'à perdre tout intérêt pour le lecteur ! Sauf pour l'aubergiste car son établissement reprendra vie après sept jours de présence de ce Don Juan — le vrai bien sûr — qui n'était pas conforme à ce que d'autres nous avaient fait croire : "Pas une seule fois, de toute la semaine, l'idée de compter les femmes en bloc."

critique par Mapero




* * *