Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Essai sur la fatigue de Peter Handke

Peter Handke
  Le Malheur indifférent
  Histoire d’enfant
  Le Colporteur
  L'angoisse du gardien de but au moment du pénalty
  Les gens déraisonnables sont en voie de disparition
  La femme gauchère
  La leçon de la Sainte-Victoire
  Par les villages
  Essai sur la fatigue
  Essai sur la journée réussie
  Par une nuit obscure je sortis de ma maison tranquille
  La Perte de l'image ou Par la Sierra de Gredos
  Don Juan - raconté par lui-même
  Kali - Une histoire d'avant-hiver
  Les Beaux Jours d'Aranjuez - un dialogue d'été
  Toujours la tempête
  Souterrain blues - Un drame en vingt stations
  La Grande Chute

AUTEUR DES MOIS D'OCTOBRE & NOVEMBRE 2016

Peter Handke est un écrivain autrichien né en Carinthie en 1942.

Il est le fils d'une cuisinière d'origine slovène et d'un soldat allemand. Il n'a pas connu son père et doit son nom à son beau-père, allemand également.

Il s’intéresse à la littérature dès son jeune âge et publie ses premiers textes dans le journal du lycée.

Il opte pour une écriture expérimentale et l'avant-gardisme.[

Le Prix Ibsen lui a été décerné en 2014 pour son « œuvre hors pair, dans sa beauté formelle et sa réflexion brillante».

Essai sur la fatigue - Peter Handke

Une source d'images
Note :

   Qu'est-ce que la fatigue ? Tout le monde croit le savoir, non ? Mais Peter Handke n'est pas tout le monde et sa fatigue à lui il la présente dans ce bref essai sous la forme imaginaire d'un interview. L'auteur n'essaie pas vraiment de se représenter la fatigue chez les autres, par exemple chez les bourgeois. "Non. Il me semble que la fatigue chez eux ça ne se fait pas ; pour eux, c'est des mauvaises manières, comme d'aller pieds nus."
   

   La fatigue qu'il connaît, c'est la sienne. Pour cet essai, il la cherche dans son expérience. Entre la fatigue d'assister encore gamin à une messe de minuit, la fatigue ressentie à un cours à l'université ou la fatigue consécutive à des efforts physiques intenses, dans les travaux agricoles de la ferme des parents — le battage et la rentrée des foins — ou dans le travail de magasinier dans un grand magasin de la ville destiné à payer ses études, il y a bien sûr des différences. Mais ce sont toutes des fatigues personnelles, vécues par l'esprit ou le corps, dans la jeunesse, pas des fatigues d'un écrivain.
   
   L'essai se poursuit donc en évoquant des fatigues d'un autre ordre.
   
   Après avoir longuement contemplé “Les Sept Sacrements” de Poussin dans un musée écossais, l'auteur se dit "rayonnant de fatigue" ! Avec l'absence de sommeil due à un retour d'Alaska en avion avec escales, l'auteur se souvient que "la fatigue était maintenant [s]on amie" ; assis à une terrasse de café plutôt que de rester à la chambre d'un hôtel de Manhattan, elle lui permit de suivre des yeux les passantes, spécialement "la femme splendide qui passe là-bas avec une démarche ondulante", une source de ses "images du monde". Plus souvent la fatigue profitable à l'auteur provient de la marche, de longues randonnées dans la campagne, propices à des rencontres animalières, amenant par exemple à s'arrêter au milieu du chemin pour contempler ne serait-ce qu'une chenille. "La fatigue enseigne utilement", elle donne des idées, des images, c'est "ce pouvoir qu'elle a de faire voir".
   
   Et le lecteur dans tout ça ? D'aucuns diront que lire Handke c'est fatigant...

critique par Mapero




* * *