Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Rites de mort de Alicia Giménez Bartlett

Alicia Giménez Bartlett
  Rites de mort
  Le jour des chiens
  Un vide à la place du cœur

Alicia Giménez Bartlett est une écrivaine espagnole née en 1951.

Rites de mort - Alicia Giménez Bartlett

Petit polar barcelonais très sympa
Note :

   J'ai découvert un nouveau duo de policiers (nouveau pour moi, j'entends, car en fait, ils sévissent en Espagne depuis 1996 et en France depuis 2000) et comme ils m'ont semblé sympathiques, j'ai poursuivi plus avant la lecture de leurs aventures. Comme je suis plutôt du genre "organisée", j'ai commencé par le premier, pour enchainer avec le deuxième... et vous devinerez peut-être la suite.
   
   Mais revenons à nos "héros". L'inspectrice s'appelle Petra Delicado, elle était avocate mais, poussée par des rêves de justicière, elle s'est tournée vers la police. Faible femme munie de diplômes, elle a été classée dans les "intellos" et cantonnée aux archives où elle lit, classe, retrouve et toute cette sorte de choses passionnantes. Parallèlement, sa vie privée est du même niveau puisqu'elle vient de divorcer deux fois (un mari sur l'image du père, un autre sur celle du fils) et a décide de se recentrer un peu. Pour ce faire, elle vient d'investir ses économies dans l’achat d'une petite maison dans le quartier de Poblenou. Elle s'y souhaite un confort tranquille et modeste, tourné vers la lecture, l'audition de bonne musique, le jardinage et la cuisine, sans parler du soin douillet qu'elle portera à sa demeure. Tout cela, c'est du projet. En fait, ses deux ex-maris ne semblent pas avoir bien saisi ce qu' "adieu" veut dire et ont tendance à débarquer dans son quotidien à chaque fois qu'il leur en prend l'envie. En fait encore, ses rêves de justicière s'effritent sur la fastidieuse réalité de l'archivage. Mais voilà qu'un jour, sa hiérarchie lui téléphone pour lui confier une vraie enquête et importante même, puisqu'il s'agit d'un viol.
   
   Surprise qu'on lui ait confié cette affaire, elle l'est tout autant de découvrir le second qu'on lui a attribué: l'inspecteur adjoint Garzon, gros bonhomme quinquagénaire sans allure, qui végète habituellement aux douanes en louchant vers sa retraite. Il vit en pension de famille, n'a qu'une très faible expérience des femmes qu'il tient absolument à traiter en gentleman, mais dont il attend en contrepartie qu'elles se comportent de leur côté en old ladies.
   
   Comme vous le voyez, un duo qui promet. Tous deux comprennent bien vite qu'on leur a confié cette affaire parce qu'elle intéresse peu les cadors qui se trouvent par ailleurs dans une période de sur-occupation. Mais ils y vont quand même dans l'idée 1° de faire au mieux de leurs moyens 2° qu'ils ne sont pas compétents. Mélange de sentiments un peu détonnant. Mais quand le viol va être suivi d'autres, quand le violeur marquant ses victimes aura attiré l’appétit de la presse, le commissariat verra l'affaire d'un autre œil.
   
   Alicia Giménez Bartlett utilise cette intrigue pour dépeindre les activités de ceux que l'on appelle maintenant "les médias" et dont elle analyse avec sévérité les répugnantes tactiques. Elle est beaucoup plus sévère dans son analyse et dans ses démonstrations que les reproches que l'on entend généralement rapportés (par les médias justement, ceci expliquant peut-être cela). Son inspectrice refusera tout compromis avec eux, au plus grand détriment de sa carrière, et dira vertement pourquoi. Comme je partage tout à fait son point de vue et que c'est la première fois (il me semble) que je vois une prise de position aussi tranchée, j'en ai été ravie.
   
   Une bonne intrigue, un duo d'enquêteurs original, attachant et intéressant, peut-être parfois une vraisemblance psychologique qu'on pourrait discuter (par exemple que l'inspectrice si féministe soit si docile dans sa vie privée), une Barcelone évidemment irrésistible et c'est sans aucune hésitation que j'attaque le titre suivant.
   
   
   
   Série Petra Delicado
   
   Rites de mort - Ritos de muerte (1996)

   Le Jour des chiens - Día de perros (1997)
   Les Messagers de la nuit - Mensajeros de la oscuridad (1999)
   Meurtres sur papier - Muertos de papel (2000)
   Des serpents au paradis - Serpientes en el paraíso (2002)
   Un bateau plein de riz - Un barco cargado de arroz (2004)
   Un vide à la place du cœur - Nido vacío (2007)
   Le Silence des cloîtres - El silencio de los claustros (2009)
   Personne ne veut savoir - Nadie quiere saber (2013)

critique par Sibylline




* * *