Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

De Profundis de Emmanuelle Pirotte

Emmanuelle Pirotte
  Today, we live
  De Profundis

De Profundis - Emmanuelle Pirotte

Sans filet
Note :

   Rentrée littéraire 2016
   
   "Elle dit à l'enfant que le souper était prêt et redescendit, les jambes faibles, retrouver la chaleur de la cuisine. Elle remit une bûche dans la cuisinière, qui émettait un doux ronronnement, resserra son cardigan dans un geste frileux, et attendit. Le matin même, à la gare du Midi, au milieu de cette foule anxieuse et puante, Roxanne avait encore trente-neuf ans. A présent, elle en avait nonante. Et en aurait nonante pendant longtemps, si la vie s'accrochait à elle comme elle avait pris l'habitude de le faire ; elle aurait le même âge pendant des années, et pendant des années elle remettrait du bois dans la cuisinière, et resserrerait son gilet sur son corps glacé, en attendant la mort".
   

   J'ai rarement été aussi embarrassée pour parler d'un roman. Je ne sais même pas discerner si j'ai aimé ou pas. En tout cas, je n'ai pas été effleurée par l'idée d'abandonner.
   
   L'histoire commence comme une dystopie bien classique. Même départ que "Station Eleven". L'Europe est décimée par une épidémie, ici il s'agit d'Ebola III qui ravage les villes depuis deux-trois ans. Bruxelles est un épouvantable coupe-gorge où l'on survit comme on peut. Roxanne, jeune femme aguerrie se débrouille en trafiquant des médicaments, vrais ou faux. Elle fonctionne en tandem avec Medhi, un curieux personnage qui semble la protéger et lui être attaché. Des bandes fanatiques s'affrontent, à teneur mystico-religieuse, "les cavaliers de l’Apocalypse" d'un côté, "les frères de l'Islam" de l'autre.
   
   Dans ce capharnaüm sans espoir, Roxane est brutalement ramenée au passé. Son ex-mari est sur le point de mourir du virus et veut lui confier leur fille, Stella, 8 ans. Roxanne a abandonné mari et enfant quand Stella avait 3 mois.
   
   Roxanne se retrouve donc devant deux problèmes : apprivoiser cette fille qui ne la connaît pas et quitter Bruxelles qui devient trop dangereuse pour y rester avec une enfant. L'assassinat d'une voisine la décide à partir sur le champ. Elle veut rejoindre la campagne, où elle a une maison de famille et où il semblerait que la vie garde un semblant de normalité.
   
   Là, j'ai cru que j'allais me retrouver dans un récit, genre "retour à la terre". Elle arrive à cette fameuse maison, à l'écart du village. Les villageois ont réussi à préserver leur périmètre du virus, même si les dangers rôdent tout autour. Roxanne se heurte à sa totale inaptitude à se débrouiller dans un milieu naturel et à sa maladresse vis-à-vis de Stella, enfant mutique et étrange qui elle, semble s'adapter très vite à son nouvel environnement. Heureusement, un couple qui la connaît depuis l'enfance lui apporte son aide et veille sur elles deux.
   
   Dans ce sombre décor, arrive un nouveau personnage dont il convient de ne rien dire. Et là, l'histoire bascule dans une dimension qui apparaît plus surnaturelle que fantastique. La suite du récit continue le cortège de violences et de dureté du début, mais avec l'irruption d'un amour étrange et envahissant, où il faut accepter de se laisser porter par le mystère.
   
   J'ai conscience de ne pas être très claire, mais je ne veux pas trop en dévoiler non plus. C'est une histoire sombre, foisonnante, violente, pleine de surprises, qui nous promène là où elle veut, qui déconcerte souvent. La narration est prenante et bien menée, puisque je me suis tout de même laissé embarquer jusqu'au bout, sans crainte d'être bousculée. Les personnalités en présence sont fortement campées et marquantes.
   
   Première lecture d'une auteure qui m'intrigue. A vous de voir si l'aventure vous tente...

critique par Aifelle




* * *