Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Cinq lettres d'Egypte de Gustave Flaubert

Gustave Flaubert
  Cinq lettres d'Egypte
  Madame Bovary
  Bouvard et Pécuchet
  Un cœur simple
  Salammbô
  L'Education sentimentale
  Par les champs et par les grèves - Voyage en Bretagne
  F comme: Salammbô
  Novembre
  Mémoires d’un fou

Gustave Flaubert est un écrivain français né à Rouen en 1821 et décédé en 1880.


* On peut voir les fiches "Du roman considéré comme un des beaux-arts" de Henry James ou "Gustave Flaubert Une manière de vivre" de Pierre-Marc de Biasi, "Flaubert à 20 ans" de Louis-Paul Astraud et "L’idiot de la Famille" de Jean-Paul Sartre.

O. Frébourg lui aussi a fait un roman de la vie de Gustave, si vous aussi vous vous demandez où est passé Loulou (le perroquet d'Un coeur simple), c'est et si c'est Berthe (la fille d'Emma) que vous cherchez, c'est ici.

Et pire encore, si vous vous interrogez sur la mort d'Emma, vous pouvez mener une "Contre enquête sur la mort d'Emma Bovary" ou explorer la BD "Gemma Bovery"

Cinq lettres d'Egypte - Gustave Flaubert

Gustave en goguette chez les odalisques
Note :

   1849. Gustave Flaubert a 28 ans. Il vient de terminer la première version de sa ?Tentation de Saint-Antoine?, que ses amis Louis Bouilhet et Maxime Du Camp ont descendue en flammes, et il se pose des questions sur son talent d'écrivain, mais aussi sur cet orient rêvé qu'il avait essayé de recréer dans son ?Saint Antoine?. C'est donc sans trop d'hésitations qu'il accepte d'accompagner Maxime Du Camp dans un long périple à travers l'Egypte, la Palestine et l'Asie mineure. Les cinq lettres d'Egypte rassemblées ici sont celles que Flaubert a adressées à Louis Bouilhet, resté à Rouen. On y découvre un jeune Gustave Flaubert débordant d'enthousiasme, bien décidé à n'être ?plus qu'un oeil tout bonnement? et désireux de se gorger de toutes les sensations que l'Egypte peut lui offrir, dut-il pour cela brûler la chandelle par les deux bouts. Les discussions sur la littérature ont la part belle dans sa correspondance, avec les plaisanteries grivoises et les exploits d'alcôve. L'Egypte par contre est moins bien servie, malgré quelques belles descriptions de la vallée du Nil et des environs des pyramides de Gizeh.
   
   Le lecteur qui souhaite s'informer sur les conditions de vie et de voyage en Egypte au XIXème siècle trouvera sans doute mieux ailleurs (Les passionnantes lettres d'Egypte de Lady Lucie Duff-Gordon, qui a vécu dans un petit village de Haute-Egypte de 1862 à 1869, par exemple). En fait, ces cinq lettres d'Egypte valent surtout par ce qu'elles nous révèlent de Flaubert, le bon vivant, le touriste que l'on devine entre les lignes un peu arrogant, considérant les serviteurs arabes avec une bonne dose de condescendance et n'hésitant pas à piller le patrimoine égyptien pour glisser un ou deux morceaux de momies dans ses bagages (il faut dire à sa décharge que cela faisait partie des moeurs des voyageurs européens de l'époque? Mais à ce titre, ces cinq lettres d'Egypte sont édifiantes.). Et puis, la plume de Flaubert est alerte, le ton est très vivant et par moment assez drôle. Voici donc un petit livre d'une lecture agréable. Un rayon de soleil dans la grisaille automnale.
   
   

critique par Fée Carabine




* * *