Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

D comme: Au fil de l'eau de Juan Diaz Canales

Juan Diaz Canales
  D comme: Blacksad -Quelque part entre les ombres
  D comme: Blacksad - Arctic-Nation
  D comme: Fraternity - Livre 1
  D comme: Blacksad - Âme rouge
  D comme: Blacksad - Amarillo
  D comme: Blacksad - L'enfer, le silence
  D comme: Au fil de l'eau

D comme: Au fil de l'eau - Juan Diaz Canales

Vivre aujourd'hui
Note :

   Espagne contemporaine, un groupe de vieux arrondit ses fins de mois en pratiquant diverses petites magouilles. Parmi eux, Niceto, un peu plus de quatre-vingts ans, qui s'est fait pincer plusieurs fois par la police et est toujours libéré par son petit-fils, Alvaro, qui s'en porte garant et s'amuse plutôt des frasques de son grand-père. Lorsque plusieurs membres de ce petit groupe meurent assassinés, plus personne ne rit. Encore moins lorsque Niceto disparaît. Son fils, jeune retraité, et son petit-fils, futur papa, se mettent à sa recherche.
   
   Juan Diaz Canales est connu pour être le scénariste de l'excellente série-BD "Blacksad". Cette fois-ci, il se met en plus au dessin et choisit un éditeur, Rue de Sèvres, qui depuis, quelques années qu'il est arrivé sur le marché, publie des albums très beaux, très réussis : Le château des étoiles, Le Horla, Le sculpteur, Au revoir là-haut, Frères de terroir, Une histoire d'hommes, Un bruit étrange et beau, entre autres...
   
   Dessin noir et blanc qui fait la part belle aux personnages plus qu'aux décors ou aux paysages. Les vieux Espagnols sont dans la tourmente. Communistes, ils ont lutté contre la dictature de Franco et se retrouvent maintenant avec à peine de quoi vivre, parfois pas assez. Juan Diaz Canales parle de la société de son pays qui ne va pas très bien -qui n'est pas la seule. Il en parle à travers ceux qui ont été à l'origine de la fin de la dictature, ceux qui ont toujours lutté et doivent encore le faire lorsqu'ils sont âgés. Ses personnages sont profonds, et sans doute le choix du noir et blanc et le trait particulier de son dessin permettent de ressentir encore mieux cette profondeur. Ils se posent des questions sur divers sujets, sur la vie. Et l'on tient en main une bande dessinée à l'intrigue philosophico-policière originale -je dirais bien inédite, mais comme je n'ai pas tout lu, loin s'en faut, peut-être le sujet a-t-il déjà été abordé par le même biais.
   
   Rue de Sèvres prouve une fois de plus que son choix est bon, excellent même. Je vous invite très vivement à découvrir cet ouvrage.

critique par Yv




* * *