Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le linguiste était presque parfait de David Carkeet

David Carkeet
  Le linguiste était presque parfait

Le linguiste était presque parfait - David Carkeet

Au commencement était le mot
Note :

   "Hoosier: subst, étymologie obscure et ennuyeuse. Crétin de Blanc assorti d'une grasse épouse blanche qui mange des légumes verts, accroche un silencieux à son pot d'échappement à l'aide d'un cintre, et laisse traîner des réfrigérateurs dans son jardin pour que des enfants s'étouffent à l'intérieur."
   

   Quoi de plus calme en apparence qu'un institut de linguistique étudiant le langage des nourrissons ? Et pourtant, outre leurs inimitiés, l'intérêt maniaque porté aux mots prononcés, ces charmants linguistes doivent aussi penser à l'avancement de leurs carrières professionnelles, de leurs projets amoureux, veiller au maintien des subventions qui leur sont accordées, voire même sauver leur peau. En effet, l'un d'entre eux vient d'être assassiné. Jeremy Cook va mener sa propre enquête sur le meurtre de son collègue de manière bien peu orthodoxe, utilisant ce qu'il connaît le mieux : la linguistique !
   
   Le microcosme évoqué dans ce nouveau roman de David Carkeet n'est pas sans rappeler celui de David Lodge mais avec des personnages encore plus farfelus et déjantés qui parviennent à rendre la linguistique follement attrayante (ce qui n'est pas une mince affaire, vous l'avouerez !). L'auteur joue à merveille des oppositions entre ses personnages et nous entraine avec un sérieux imperturbable dans un monde où les énigmes dignes de Gaston Leroux sont résolues grâce à des signaux linguistiques ! Un monde fou fou fou qui nous distrait avec intelligence et bonne humeur !
   
   
   Présentation de l'éditeur
   
   "Rien ne va plus pour Jeremy Cook, linguiste spécialisé dans les babillements enfantins à l'Institut Wabash. Le jour où la ravissante Paula rejoint l'équipe, il se fait traiter de "trou du cul" devant elle ! Mais ce n'est pas tout : on retrouve le corps sans vie de son collègue Arthur Stiph dans son propre bureau. L'inspecteur Leaf voit en lui le suspect idéal : Jeremy n'a plus qu'à enquêter lui-même sur ses six collègues. Et ils n'ont qu'à bien se tenir, car chaque mot et chaque silence sera un précieux indice pour notre linguiste !"

critique par Cathulu




* * *