Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Autour de la lune de Jules Verne

Jules Verne
  Paris au XXe siècle
  De la terre à la lune
  Michel Strogoff
  Le tour du monde en 80 jours
  Le Château des Carpathes
  Autour de la lune
  Sens dessus dessous
  Voyage au centre de la terre
  Dès 09 ans: Une fantaisie du docteur Ox
  Vingt mille lieues sous les mers
  V comme: Les enfants du Capitaine Grant
  Ados: Michel Strogoff
  Ados: En Magellanie
  Un prêtre en 1839

Jules Verne est un écrivain français né en 1828 à Nantes et décédé en 1905.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Autour de la lune - Jules Verne

Vive la poésie !
Note :

   Ne vous aventurez pas à lire «Autour de la lune» avant de vous être régalé de «De la terre à la lune», cela n’aurait guère de sens car celui-ci en est la suite et savoir la fin d’une histoire dont on ignore le début…
   
   En fait, on retourne un peu en arrière. Nous avions quitté nos trois valeureux spacio-explorateurs et leur bestiaire au moment où, à bord de leur fusée, ils fonçaient vers la lune, nous les retrouvons ici dans les moments qui ont précédé le lancement. Dans le premier volume, nous avions assisté au décollage de la terre, cette fois, nous montons à bord avec eux et c’est de leur point de vue que nous vivons cette incroyable (oui, vraiment) aventure. A partir du moment où ils s’installent benoîtement dans leur cabine aménagée façon salon 19ème, sur leurs divans, coussins et matelas (pour amortir le choc, tout de même) jusqu’à celui où… mais je vous laisse le découvrir.
   
   En route vers notre satellite, les trois passagers sont toujours persuadés qu’il y a des habitants sur la lune, qu’ils ont baptisés Sélénites comme il était courant à l’époque, en raison de la déesse Séléné. Ils les imaginent assez semblables à eux et leur prêtent à peu près le monde animal que nous connaissons nous-mêmes, en particulier pour les animaux domestique. D’esprit pratique, ils ont emmené des poules, un couple de chiens afin de produire une race croisée avec les chiens sélénites. Approchant de la lune, on les voit guetter passionnément à la longue vue s’ils aperçoivent quelque unes une de ces créatures.
   
   Je me suis autant régalée avec cette suite qu’avec «De la terre à la lune». J’aime ce style hyper classique, ces tournures désuètes et ces attitudes psychologiques grandiloquentes qui ne le sont pas moins. J’aime l’incroyable poésie de toutes ces erreurs scientifiques, cette exagération des sentiments chevaleresques et de bravade, ces certitudes qui étaient bien commodes et nous manquent tant maintenant, et l’incroyable et bienfaisante naïveté qui sous-tend tout cela.
   
   Et puis, parmi les œuvres de Jules Verne, ces histoires de voyages spatiaux sont tout de même, plus encore que tous les autres, l’occasion de voir le fossé scientifique qui s’est creusé entre ces deux siècles. En 1865, Verne envoyait ses hommes sur la lune et la Nasa le faisait en 1969. Les aventuriers de Jules entrouvraient (mais très rapidement !) le hublot pour sortir un thermomètre ou se débarrasser de ce qui les encombrait ; heureusement pour eux, cent ans plus tard, Armstrong et ses copains avaient trouvé un autre moyen.
   
   J’ai eu la chance de lire ces deux ouvrages dans l’édition de Saint Louis en l’Isle, avec les gravures à la fois précises et allégoriques d’Emile Bayard et de A. de Neuville, mais cette édition est un peu chère. Il existe, maintenant que les droits d’auteur ne courent plus, des multitudes d’éditions des œuvres de Jules Verne très bon marché. Je pense qu’il faut tout de même privilégier celles qui reproduisent, pas trop petit, les gravures d’époque. S’en priver, serait renoncer à un des charmes majeurs de l’œuvre.
   
   Alors, qui a été le premier homme sur la lune ?

critique par Sibylline




* * *