Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le costume de Franz Bartelt

Franz Bartelt
  Le bar des habitudes
  Le costume
  Simple
  Les bottes rouges
  Le grand bercail
  Terrine Rimbaud
  Charges comprises
  Le jardin du bossu
  Chaos de famille
  Pleut-il?
  La belle maison
  La mort d’Edgar
  La Fée Benninkova
  Le testament américain
  Le fémur de Rimbaud
  La bonne a tout fait
  B comme: Sur mes gardes
  Facultatif Bar

AUTEUR DES MOIS D'AOUT & SEPTEMBRE 2016

Franz Bartelt, fils d'ébéniste originaire d'Europe centrale, est né en Normandie en 1949, mais il n'avait que quatre ans quand la famille emménagea dans les Ardennes où il fixera définitivement ses racines et celles de ses romans.

Il commence à écrire sérieusement à partir de 1980 et cesse toute autre activité cinq ans plus tard.

Il produit des romans, des nouvelles, des poèmes, des pièces de théâtre, des scenarii, des chroniques journalistiques... tout ce qui s'écrit est susceptible de l'intéresser.

Le costume - Franz Bartelt

Fou de l’ordre alphabétique
Note :

   Augustin Benoit Cheurte, un frappadinge de l’ordre alphabétique et statisticien de son état, a réglé sa vie, ses déplacements, le rangement chez lui, d’après l’ordre alphabétique. Franz Bartelt sait bien nous inventer des dérangés de ce calibre, pathétiques jusqu’au bout des ongles, jusqu’au-boutistes aussi. Jusqu’au-boutiste, indéniablement Augustin Benoit Cheurte l’est. Tout comme il est sûr d’être dans le juste, le vrai, et méprise les "sans-ordres", alphabétiques. Le hasard veut qu’il récupère, au Secours Catholique, un costume – mirifique le costume – que Micheline Bénaise, fraîche veuve a déposé là après la mort de José, son mari.
   
   Elle se languit Micheline et, coincée entre sa voisine indélicate, courtisée par Charles Moulin, un corniaud d’ingénieur électricien à la retraite et frais veuf, lui aussi, la vie est dure. C’est alors qu’elle voit passer le fantôme de José dans la rue. En fait de fantôme, bien entendu nous parlons du costume. Du costume porté par Augustin Benoit Cheurte. Le frappadingue !
   
   La pauvre ! Elle va le suivre, finir par entrer en relation avec lui, se faire convertir à l’ordre ultime : l’ordre alphabétique, et ça va être compliqué. Vraiment compliqué. Coincée entre Charles Moulin et Augustin Benoit Cheurte, il y a de quoi se jeter dans la rivière. Avec une grosse pierre au cou. Bon, mais ce n’est pas ce qu’elle fera. Franz Bartelt a d’autres desseins pour elle. Pas forcément ébouriffants mais hein, c’est la vie aussi ? Et la vie selon Franz Bartelt, au fin fond de nos campagnes, ben...
   
   "Le costume", c’est indéniablement du Franz Bartelt. Mais un Franz Bartelt qui serait parti sur une idée faible. Et qui du coup n’aura accouché que d’un petit roman. C’est qu’il est court "le costume", enfin, l’ouvrage ! Parce que le costume, lui, il parait qu’il est superbement taillé !

critique par Tistou




* * *