Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

De l’Art d’ennuyer en Racontant ses Voyages de Matthias Debureaux

Matthias Debureaux
  De l’Art d’ennuyer en Racontant ses Voyages

De l’Art d’ennuyer en Racontant ses Voyages - Matthias Debureaux

Une autre façon de raser gratis
Note :

   "Quand quelqu’un se rend compte que sa vie ne vaut rien, soit il se suicide, soit il voyage". Si l’on part de ce postulat, ce charmant petit objet littéraire va faire grincer quelques dents."
   

   Chaque année notre planète est le terrain de jeu favori du touriste. Seulement voilà, non content de polluer en se promenant, il faut aussi supporter, et cela bien avant son retour, le récit de ses pérégrinations.
   
   Cet ouvrage, aussi bien guide à l’usage du voyageur néophyte sur le retour ou le départ que guide servant à reconnaître et éviter les raseurs, est un petit bijou d’humour.
   
   Ainsi, Matthias Debureaux (comment voulez vous avec un nom pareil…) conseille de rapporter comment on a utilisé ses RTT pour aller sur les traces de Lawrence D’Arabie.
    "Ayez soin d’élire des personnages à votre mesure: Alexandre le Grand, Hemingway, Gauguin, La Pérouse ou Magellan (même si les traces sur la mer sont les plus délicates à retrouver) Tout est dans l’art de réveiller les morts en endormant les vivants."
   

   Et surtout, Quand vous êtes confronté à un natif du pays que vous évoquez, tentez par tous les moyens de prouver que vous connaissez mieux que lui sa nation et son continent.
   
   Ami(e)s voyageurs, ce livre recèle tous les ingrédients qu’il vous faut afin de vous pousser du col, de montrer à quel point l’aventurier moderne (le touriste en fait) qui sommeille en chacun ne demande qu’à s’épanouir au plus grand désespoir de ceux qui seront restés Car il n’y a pas pire voyageur que le voyageur immobile, si ce n’est le voyageur intérieur.
   
   Je pourrais vous faire plein de citations, mais comme l’ouvrage est court, autant vous le laisser savourer par vous même.

critique par Le Mérydien




* * *