Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 09 ans: Demain, on lève l’ancre de Pascal Garnier

Pascal Garnier
  Lune captive dans un œil mort
  La Théorie du panda
  Les Hauts du bas
  Le Grand Loin
  Comment va la douleur?
  Chambre 12
  L'A 26
  Vue imprenable sur l’autre
  Cartons
  Trop près du bord
  Nul n'est à l'abri du succès
  Flux
  Dès 09 ans: Demain, on lève l’ancre

Pascal Garnier est un écrivain français né le 4 juillet 1949 à Paris et mort le 5 mars 2010 en Ardèche.
Il a écrit une vingtaine de romans, dont des policiers.
Il a obtenu le prix du festival Polar dans la ville de Saint-Quentin-en-Yvelines en 2001, avec «Nul n'est à l'abri du succès» et en 2006, le Grand Prix de l'humour noir avec «Flux».

Dès 09 ans: Demain, on lève l’ancre - Pascal Garnier

J'espère que vous avez fini d'écrire
Note :

   Présenter des livres pour adultes, c’est bien, mais il faut aussi penser à nos chères petites têtes blondes, rousses ou brunes, qui prendront la relève dans quelques années.
   
   Aussi se plonger dans un roman pour les jeunes, c’est retourner en arrière, ce qui parfois est assez réjouissant tout en gardant une partie de nostalgie.
   
   "Demain, on lève l’ancre !" de Pascal Garnier, par ailleurs a écrit des romans noirs très forts pour les grands.
   
   Mano et Boule sont copains de classe depuis leur entrée à l’école. Tout irait bien si la catastrophe ne s’abattait pas sur leurs familles. Leurs pères se retrouvent au chômage, avec tous les aléas, les dissensions, les problèmes familiaux que cela engendre.
   
   Ils s’arrangent donc pour faire se rencontrer leurs géniteurs, et ceux-ci se trouvent de nombreux points communs, dont un amour immodéré pour les bateaux et la marine. Les deux pères sympathisent, fraternisent et décident conjointement de construire leur propre navire, qui ressemblerait au Titanic. Mais tout cela ne va pas sans mal.
   
   Ce petit roman charmant met le doigt sur la réalité sociale et même si l’épilogue est un peu trop enclin à l’optimisme, il faut se rappeler que comme écrit l’auteur : "Les rêves, c’est comme les plantes vertes, ça s’entretient."

critique par Oncle Paul




* * *