Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La patience de l'araignée de Andrea Camilleri

Andrea Camilleri
  La Démission de Montalbano
  La Voix du violon
  La Concession du téléphone
  Le tour de la bouée
  La forme de l'eau
  Le voleur de goûter
  La peur de Montalbano
  La patience de l'araignée
  Chien de faïence
  L'excursion à Tindari
  Privé de titre
  La couleur du soleil
  Un été ardent
  Petits récits au jour le jour
  Les Ailes du Sphinx
  La Pension Eva
  Pirandello, biographie de l’enfant échangé
  Le coup du cavalier
  Intermittence
  La lune de papier
  Le garde-barrière
  Le neveu du Négus
  Noli me tangere
  L’âge du doute

Andrea Camilleri est un écrivain et metteur en scène italien, né en Sicile en 1925, et mort le 17 juillet 2019.

La patience de l'araignée - Andrea Camilleri

Montalbano grand cru
Note :

   "Il s'aréveilla d'un coup, suant, le souffle court. Pendant quelques secondes, il ne comprit pas où il se trouvait, après il y eut la respiration légère et régulière de Livia endormie à son côté pour le ramener aux dimensions connues et rassurantes. Il était dans sa chambre à coucher de Marinella. Ce qui l'avait sorti du sommeil, ç'avait été un élancement, comme une lame de glace, à la blessure de son épaule gauche. Il n'eut pas besoin de regarder sa montre posée sur la table de nuit pour savoir qu'il était trois heures et demie de la nuit, pour être précis, trois heures vingt-sept minutes et quarante secondes." (p. 11)
   
   Depuis vingt jours, toutes les nuits, c'est le même arrêt sur image, retour à cet instant éternellement suspendu où un trafiquant a tiré sur Montalbano et l'a blessé à l'épaule. Et c'est un Montalbano non seulement désabusé (ça, on en avait l'habitude) mais surtout étonnamment vulnérable et sentimental que nous retrouvons au début de cette nouvelle enquête. Une enquête à laquelle Montalbano n'aurait en fait pas dû participer: après tout, il est encore en convalescence et Livia est venue spécialement de Gênes pour prendre soin de lui. N'était qu'une jeune fille vient d'être enlevée dans des circonstances bizarres. Ses ravisseurs réclament une rançon que ses parents n'ont pas du tout les moyens de payer. Seul son oncle maternel pourrait rassembler trois millions d'euros, mais que peut-on attendre d'un entrepreneur véreux qui n'avait pas hésité six ans plus tôt à dépouiller sa propre soeur de toutes ses économies? Toutes les forces vives de la police de Vigata sont donc sur la brèche alors que les bizarreries continuent à s'accumuler dans cette étrange affaire.
   
   C'est là un Montalbano tout premier cru. C'est une de ses meilleures enquêtes, une des plus tortueuses, une des plus captivantes... et surtout une des plus chargée d'humanité que Montalbano aie menée jusqu'à présent. Andrea Camilleri nous offre ici des moments d'émotion, parfois de tristesse et d'angoisse, d'une justesse étonnante. Et en même temps son écriture a rarement été si colorée et si imagée - à croire qu'il se lâche de plus en plus au fil du temps, pour notre plus grand plaisir. "La patience de l'araignée" mêle ainsi une profondeur inhabituelle, un peu mélancolique, à une vie intense nourrie de toutes les saveurs de la Sicile. Une grande réussite, vraiment.

critique par Fée Carabine




* * *