Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Meurtre en direct de Batya Gour

Batya Gour
  Meurtre en direct

Meurtre en direct - Batya Gour

Trop long fait long feu
Note :

   Batya Gour, née Batya Mann (1947- 2005), est une écrivaine israélienne, spécialisée dans le roman policier. Batya Gour enseigna la littérature dans un lycée, puis à l'Université hébraïque de Jérusalem, où elle avait fait ses études. Elle collabora également, en tant que critique littéraire, au quotidien israélien Haaretz. Ce n’est qu’en 1988 qu’elle publiera "Le Meurtre du samedi matin", un premier roman policier qui met en scène son héros récurrent, le commissaire Michaël Ohayon, "directeur des affaires criminelle de Jérusalem". Michaël Ohayon qui reviendra dans cinq autres titres, dont ce "Meurtre en direct", dernier de la série, paru initialement en 2006 et tout juste réédité.
   
   "Qui tue sur les plateaux de la première chaîne de télévision israélienne? Après la décoratrice retrouvée le crâne fracassé par une colonne de marbre du décor, c’est au tour du producteur exécutif d’être assassiné dans d’étranges circonstances. Le commissaire Michaël Ohayon a bien du mal à démêler le vrai du faux dans cet univers où l’éclat des projecteurs dissimule souvent de vastes parts d’ombre…"
   

   Aïe ! Aïe ! Aïe ! Comment parler de ce bouquin dont je ne sais toujours pas s’il est magnifique ou très moyen ? Trois fois j’en ai abandonné la lecture en cours de route, mais trois fois pourtant, je l’ai repris et finalement terminé. Pourtant, jamais je n’ai eu l’idée de le délaisser définitivement car j’avais en main un roman écrit par un véritable écrivain, c’était indéniable.
   
   Le problème, le seul, avec ce roman, c’est qu’il est beaucoup trop long. Au moins deux cents pages de trop ! Le texte est très dense, ça parle de beaucoup de choses très détaillées, si le premier meurtre arrive vite, on cherche l’enquête dans cet épais roman roboratif. Mais il est bien écrit, je le répète. Il faudra attendre les cents dernières pages pour que l’intrigue prenne un tour carrément "polar" d’un bon niveau et l’épilogue est de toute beauté, car posant la question de la rédemption : une faute aussi lourde et dramatique soit-elle, commise vingt-cinq ans plus tôt, peut-elle être expiée par une vie exemplaire menée depuis ? Et cette question se pose-t-elle avec plus d’acuité quand on est Juif et qu’on a connu la Shoah ? "Le problème est qu’en tant que Juifs, nous voulions être irréprochables… et il apparaît que nous sommes comme les autres."
   

   Beaucoup de bonnes choses dans ce roman qui sous couvert de polar, nous plonge dans une société Israélienne prise dans ses tourments religieux et sociaux. S’il n’était pas si long, pour mon goût, je l’aurais déclaré excellent… mais là, tel quel, je ne sais plus.
   
   
   "Pas plus que n’importe qui, il n’était vacciné contre le spectacle qui s’offrit à ses yeux dans le bureau de Tsadik. Et cela, non seulement en raison du visage broyé – "pas besoin de se presser le citron pour découvrir l’arme du crime, hein ?" avait dit le médecin légiste avec une pointe de satisfaction dans la voix en désignant la perceuse qui baignait dans une flaque de sang avec le bleu de travail – et de l’expression de surprise figée autour de la bouche, du corps qui avait glissé par terre du fauteuil en cuir placé derrière son bureau, mais surtout à cause de tout ce sang qui donnait à la pièce l’aspect d’un abattoir."

critique par Le Bouquineur




* * *