Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Frère-de-la Côte de Joseph Conrad

Joseph Conrad
  Au cœur des ténèbres
  Le nègre du “Narcisse”
  Le duel
  Typhon
  Amy Foster
  Falk
  La ligne d’ombre
  Demain
  Les idiots
  Un paria des îles
  Lord Jim
  Un sourire de la fortune
  Le Frère-de-la Côte

Joseph Conrad est le nom de plume de Teodor Józef Konrad Korzeniowski, écrivain anglais d'origine polonaise, né en Ukraine en 1857, et mort en Angleterre en 1924. Orphelin à 11 ans, Conrad s'enrôla comme mousse en 1874 et sera marin jusqu'en 1894. Il se consacra ensuite à l'écriture.

Le Frère-de-la Côte - Joseph Conrad

Éloge du courage
Note :

   Ce roman fut le dernier que Joseph Conrad publia. Situé sur le rivage méditerranéen à l’époque de la Convention et du Consulat, il met en scène le flibustier Jean Peyrol qui, après une longue carrière à parcourir les mers, désire se retirer dans les environs de Toulon.
   
   Cependant, l’époque est troublée : la flotte britannique évolue dans la région et menace la flotte française du blocus de Toulon.
   
   La situation sociale et politique en France est particulièrement difficile après la longue période de conflits que la France a connue. La Terreur, avec ses massacres, est terminée depuis peu de temps et elle reste profondément inscrite dans la mémoire du peuple.
   
   Néanmoins, face à la menace de l’ennemi britannique, commandé sur mer par l’amiral Nelson, les marins du midi estiment qu’une riposte est nécessaire, et c’est finalement l’ancien flibustier Jean Peyrol qui en prend l’initiative, remettant à plus tard ses désirs de tranquillité. Avec une grande maîtrise, il s’efforce de tromper la flotte ennemie, à la barre d’un bateau qui n’avait pas été conçu pour ce genre de mission.
   
   Il y a là une forme d’héroïsme et d’entêtement tout-à-fait caractéristique de ces luttes qui se perpétuèrent durant ces périodes troubles de l’Histoire.
   
   Peyrol, le frère de la Côte, ancien forban, avec un calme et une maestria remarquables, devient un héros sans espoir, délaissant résolument son désir de retraite paisible.
   
   Comme la plupart des romans de Conrad, il s’agît d’une œuvre qui met en scène la force de caractère nécessaire aux marins, sans grand espoir de réussite dans un univers hostile.

critique par Jean Prévost




* * *