Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Portes de Fer de Jens Christian Grøndahl

Jens Christian Grøndahl
  Virginia
  Piazza Bucarest
  Quatre jours en mars
  Bruits du cœur
  Les complémentaires
  Les Portes de Fer
  Sous un autre jour
  Quelle n'est pas ma joie

Jens Christian Grøndahl est un écrivain danois né en 1959.

Les Portes de Fer - Jens Christian Grøndahl

404 pages et un livre plus que touchant !
Note :

   En décrivant trois moments importants l’adolescence, la quarantaine et enfin ses soixante-ans, le narrateur revient sur sa vie.
   
   A dix-huit ans, il se passionne pour Marx "Le matin, mes yeux commençaient par se poser sur le prophète barbu tout la photo était punaisée sur le mur incliné à côté de celle de Jimy Hendrix" et il "n’a pas de temps à perdre" avec la littérature. En classe de terminale alors que sa mère décède d'un cancer, il se lie avec Erika la fille de sa professeur d’allemand qui lui a donné le goût et l'amour des livres. Pour elle, il se rend à Berlin mais leur histoire ne durera pas. Marié, c'est également un enseignant dévoué et passionné. Divorcé et devenu quarantenaire, sa fille Julie vient le voir régulièrement à Copenhague. Il sort avec Benedicte une collègue mais sans s’aventurer sur le terrain des engagements. L'arrivée d'un jeune garçon Serbe en classe de troisième le pousse en dehors de ses habitudes. Il l'héberge provisoirement et a une aventure avec sa mère. Les deux disparaîtront sans laisser d’adresse. Devenu grand-père, il ne veut pas fêter ses soixante ans et à la place part pour Rome. Au hasard d’une rue, il rencontre une jeune fille photographe de l’âge de sa fille avec laquelle il voyage dans le sud de l’Italie.
   
   C’est le portait d’un homme assez solitaire tout en finesse et en pudeur qui nous est dépeint. Cet homme regarde par dessus son épaule avec une tendre mélancolie. Et toutes ces femmes, avec en premier lieu sa mère, ont influencé son existence, ses décisions ou ses non-choix. Mais jusqu'à quel point ? Bien sûr, il a des regrets (ce qui est normal) mais jamais il ne s’appesantit dessus.
   Son engagement pour l’accessibilité à la culture pour tous, le cadre du petit bourgeois dans lequel il s’est senti enfermé et dont il a voulu sortir, le regard qu’il pose sur mon métier "Je suis un figurant qui voit passer chacun en route vers son histoire", en font un homme profondément attachant.
   
   Un superbe roman tout en justesse avec beaucoup de délicatesse qui ne bouscule pas son lecteur mais l'enveloppe de douceur en nous racontant la vie, le couple, l'amour, la solitude, les petits et grands changements à travers le temps qui passe.
   J'ai été plus que touchée !
   
   "Le présent est un lieu impossible que l'on ne peut pas fouler, parce qu'il avance sans cesse sous nos pieds. Il n'a de réalité que comme maillon dans une métamorphose permanente, un continuum où, en revanche, il ne perd jamais sa réalité."
   
   "Se souvenir, c'est raconter ce qui a été. Dans la langue, c'est toujours là. C'est présent en tant que ce qui a été, ce qui peut être raconté."

    ↓

critique par Clara et les mots




* * *



Le Danois devant la fontaine
Note :

    Après le très récent et remarquable "Douce nuit" du Norvégien Ragnar Hovland je vous propose le très bon "Les Portes de Fer" du Danois Jens Christian Grondahl, écrivain plus connu et dont j'ai déjà relaté "Virginia".
   
   Portrait d'un homme à environ vingt, quarante et soixante ans, l'âge actuel de l'auteur, ce roman m'a passionné d'un bout à l'autre. La vie de cet homme est racontée à la première personne et apparait comme une confession, mais ce terme sonne trop comme un aveu. Disons plutôt comme un simple récit dont l'essentiel tourne autour de ses parents, de sa fille, et surtout des femmes de sa vie. Combien d'hommes ont écrit sur les femmes de leur vie? Ou combien auraient aimé le faire?
   
    Un moment tenté par Karl Marx en ses jeunes années le narrateur perd sa mère et prend ses distances avec son père, non sans une certaine morgue à mon sens. "Alors que je me retournais sur le seuil de ma vie d'adulte je n'avais plus à me libérer de quoi que ce soit. Une mère morte et un pantin de père dans les bras d'une autre femme". Son goût pour les lettres en fera un enseignant. Son mariage avec Maria et la naissance de Julie n'empêcheront pas le retour de la solitude ordinaire, sans drame et sans effusions. Pourtant des visages traverseront ses jours, Benedicte, Viviane, Adèle, passagères d'un navire peu apte au vrai partage. C'est Ivana, peut-être, la mère de Stanko, jeune serbe réfugié à Copenhague, qui en quelques rencontres, l'approchera au mieux. Ivana, il l'aura surtout vue en vidéo sur un bateau sur le Danube, entre Serbie et Roumanie, ça s'appelle les Portes de Fer. C'était un peu avant la guerre.
   
    Sexagénaire tout juste grand-père déambulant seul dans Rome, "Revoit-on les femmes de sa vie pour se voir tendre un miroir? J'ai réfléchi à la question, assis à la terrasse du Canova?" C'est devisant aimablement avec Jessie, une jeune photographe compatriote, devant les vestiges campaniens de Paestum, qu'on l'abandonnera, pas mal dans sa peau, finalement. "Tu ne ressemblais pas à quelqu'un de marié, avec ton café et ton livre. C'est caractéristique d'un célibataire d'avoir un livre avec soi quand on sort. Pour ne pas être obligé de regarder partout quand les autres ont quelqu'un à qui parler."
   

    Promis! J'aime tant Les Portes de Fer que moi non plus, je ne sortirai plus sans un livre. Qui sait? Je fais déjà ça au cinéma cause trop de pub.

critique par Eeguab




* * *